Archives de avril 2018

Le chant du monde   Leave a comment

ImAGEMatin champs de fleurs

Quand on s’est délivrée, le jour qui vient est le plus beau. Laisse-la se réveiller dans le soleil.

*

Tu es un de ces hommes qui est comme des moyeux. Tu fais ta route sur la ligne plate mais tu sens que la roue tourne autour de toi.

*

On ne fait pas des enfants rien qu’avec du lait caillé, vieux père. Et on ne les fait pas comme on veut. On les fait comme on est et ce qu’on est on ne le sait pas. On a tant de choses dans son sang.

*

Une lointaine forêt gémissait et parlait avec des mots de rêve.

*

Il y avait ici un plus grand silence que dans le bois d’autour. Cela venait des cyprès. Ils buvaient tous les bruits épars comme les grosses éponges et ils ne laissaient couler de leurs feuillages qu’un grondement uniforme et monotone qui était comme le cœur profond du silence.

*

Tout l’étincellement de la terre s’éteignait d’un seul coup, deux ou trois grosses étoiles déchiraient le soir, puis, du haut des montagnes, s’écroulait lentement l’entassement des nuages, la neige recommençait à tomber et, la nuit s’étant fermée, il n’y avait plus rien à voir, il ne restait plus qu’à écouter les grands nuages qui battaient des ailes à travers les forêts.

Jean Giono dans Le chant du monde

Une pièce musicale en hommage au roman Le chant du monde – Paul & Les Autres

Publié 30 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Jacqueline Auriol   Leave a comment

Un film qui nous permet de nous rappeler Jacqueline Auriol pilote française qui en 1953 s’apprêtait à marquer l’histoire de l’aviation aux commandes de son avion à réaction. Une autre marque de l’histoire fait par une personne qui a réalisé son rêve.

Un beau travail et une belle reconstitution.

Publié 30 avril 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Le sourire de l’âme   2 comments

Audrey Hepburn, UNICEF ambassador in Ethiopia

March 16-17, 1988, Ethiopia — Soon after becoming a UNICEF ambassador, Audrey Hepburn went on a mission to Ethiopia, where years of drought and civil strife had caused terrible famine. — Image by © Derek Hudson/Sygma/Corbis

Il y a des matins ou j’ai la chance de vivre le sourire de l’âme, car je suis alors pleinement conscient que la vie est un privilège et j’en ai une profonde gratitude.

Ouvrir les yeux, sentir que par mon éveil, je débute un nouveau cycle ou je peux ressentir, et célébrer par des gestes tout simples envers ceux qui m’entourent la gratitude ressentie.

Le sourire de l’âme c’est aussi quand nous sommes pressés, que le temps nous manque pour ce que nous désirons faire, et que nous nous arrêtons quand même quelques instants pour dire merci à ceux qui nous permettent de nous réaliser.

Et le soir, à la fin du cycle d’éveil, il m’arrive de prendre conscience que tout passe, et passe parfois si vite. Malgré cela, les gestes d’attention et de bonté envers les autres durant le jour auront contribué à enrichir le jardin de notre humanité. Le sourire de l’âme exprime alors la satisfaction d’être et aimer.

Une pièce musicale de Michel Pépé – Le sourire de l’âme

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 30 avril 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le nuage d’inconnaissance   Leave a comment

ImAGE s'élever

Car nulle part corporellement, c’est partout spirituellement… j’aimerais mieux n’être nulle part corporellement, luttant avec cet aveugle rien, que d’être un si grand seigneur que je puisse, lorsqu’il me plairait, être partout corporellement…

Laisse ce partout et ce quelque chose, pour ce nulle part et ce rien.

Ne t’inquiète point si ton intelligence ne peut appréhender ce rien, car assurément je ne l’en aime que mieux. Il est en lui-même si précieux qu’elle ne peut l’appréhender. Ce rien, on l’éprouve plutôt qu’on ne le voit car il est tout aveugle et pleine ténèbre pour ceux qui ne l’ont pas encore beaucoup contemplé… Une âme en l’éprouvant est plus aveuglée par l’abondance de lumière spirituelle qu’on ne l’est par les ténèbres ou le manque de lumière physique.

Qui donc l’appelle ‘rien’? C’est assurément notre homme extérieur, non l’intérieur. L’homme intérieur l’appelle ‘Tout’, car par lui, il lui est donné de comprendre toute chose, corporelle ou spirituelle, sans en considérer aucune en particulier.

Armel Guerne dans Le nuage d’inconnaissance

Une pièce musicale de Mahler – Adagietto Symphony 5

Publié 29 avril 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , ,

Voilà le Plan   Leave a comment

Parfois, pour réaliser un rêve, nous empruntons des voies qui font en sorte que nous pouvons nous perdre, et perdre de vue que la fin ne justifie pas les moyens.

Un beau conte pour nous en rappeler.

Publié 29 avril 2018 par dandanjean dans Contes, Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Au delà des représentations délimitées   Leave a comment

ImAGE univrs

L’énergie de la créativité réside dans cette capacité de se détacher des formes qu’impose notre conception de la réalité. Lorsque la conscience est attachée aux formes imposées par l’espace et le temps, elle est réduite qu’à ces dimensions.

En sortir, c’est ouvrir d’autres perspectives, d’autres dimensions et d’autres conceptions. Cet ailleurs qui nous est inconnu nous sort de notre zone de confort et nous permet de regarder la réalité sans rien attacher à soi. Il est alors possible de sortir du domaine de nos expériences, de nos pensées, de nos sentiments, auxquelles le mécanisme de notre psychisme accole des formes déterminées.

L’énergie de la créativité s’alimente alors des capteurs sans filtres qui accueillent, et interprètent les manifestations de la vie.

Les artistes novateurs sont à l’image de ces hommes ou femmes, sages, passeurs et pionniers de ce monde qui ont fait la différence.

Ils ont exprimé cette capacité de rester instantanément dans cette captation impersonnelle. Leurs états d’attention créative sont ces moments ou cessent l’identification à des représentations limitées, permettant l’expérimentation du jeu de la vie, avec émerveillement et conscience.

Une chanson de Roger Hodgson – Fool’s Overture

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/257760.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Notre essence, notre matrice   Leave a comment

Le feu a dit hier en cachette à l’oreille de la fumée :

« L’aloès ne peut me supporter, pourtant il se sent heureux avec moi ;

C’est lui qui sait m’apprécier, c’est lui qui me rend des actions de grâces.

Car l’aloès a trouvé un bienfait dans son propre anéantissement.

L’aloès était tout entier fait de nœuds, de place en place,

La joie de l’anéantissement a brisé tous ses nœuds.

O mon amie amoureuse de la flamme, sois la bienvenue » !

O toi que je martyrise et que j’anéantis, ô gloire d’entre les témoins !

Vois que le ciel et la terre sont à la merci de l’existence.

Enfuis-toi vers le néant, loin de ces deux infirmes.

Chaque âme qui fuit la pauvreté et l’anéantissement,

Oh ! Chose déplorable ! S’enfuit loin du bonheur et de la joie.

Personne ne triomphe avant d’être anéanti :

O Bien-aimé ! Réconcilie-moi avec l’anéantissement !

Cette sombre poussière, avant d’être totalement anéantie

Ne peut être glorifiée, ni échapper à la stagnation.

Tant que l’embryon était l’embryon, que son état de germe n’avait pas disparu,

Il n’a trouvé ni la stature du cyprès, ni la beauté du visage.

Quand le pain et les aliments sont consumés dans l’intérieur du corps,

Ils se transforment en intelligence, en âme, en objet d’envie.

Avant que la pierre noire n’ait été entièrement anéantie,

Elle n’est devenue ni or, ni argent, ni métal des monnaies.

D’abord sont l’humilité et la servitude, puis vient la couronne du Roi des rois.

Dans la prière, on se tient debout avant de pouvoir s’asseoir.

Une vie entière, ta propre existence a été mise à l’épreuve ;

Mets une fois aussi à l’épreuve l’anéantissement.

Les fastes de l’anéantissement ne sont pas non plus un leurre ;

Partout où apparaît la fumée, cela prouve l’existence du feu.

Si l’amour n’a pas de desseins sur nous, s’il n’a pas pour nous de désir,

Quelle extravagance lui a fait ravir notre cœur et notre esprit ?

L’amour est venu nous prendre par la main,

Il nous amène à chaque aube à l’école de ceux qui « accomplissent les promesses ».

Des yeux des croyants il fait couler les larmes du repentir,

Afin qu’elles lavent le coeur de la négation et de la haine.

Tu es endormi, alors que l’eau de Khezr jaillit sur toi :

Lève-toi de ton sommeil et saisis la coupe de l’éternité.

Le reste, c’est l’amour qui te le dira, en cachette de moi.

Sois comme les compagnons de la Caverne, à la fois endormis et éveillés.

 

Rûmî  dans La joie de l’anéantissement

 

Une chanson d’IDIR : Hommage aux femmes

Publié 28 avril 2018 par dandanjean dans Contes, Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :