Le chercheur d’absolu

ImAGE s'élever

Le silence, les silences sont enrichissants. Je l’ai appris au contact d’un peuple de culture orale, pour qui la phrase, le poème, le conte, la légende sont des repères de mémoire à caractère sacré.

*

Contre la religion du profit, nous devons opposer la religion de la beauté, son pain vivant, son eau vive.

*

Je fais partie de la race humaine et pourtant je dis : qu’importe si l’homme disparaît du globe. Il l’aura bien mérité ! Sa folie actuelle est telle, tant de stupidités et d’imprudence ! Il existera toujours des relais dans la nature. Dans l’évolution biologique, si une branche disparaît, elle est relayée par une autre. La nature et les animaux existaient avant nous sans avoir à supporter notre rapacité. Et l’évolution peut dessiner un cercle, lequel se refermera sur les origines neuves, c’est à dire préhistoriques.

*

Tout se tient, de la fleur à l’étoile.

*

La jeunesse est pleine de sève. La paix du soir l’habite difficilement. La sagesse est souvent une action vers la guérison.

*

Chaque jour nous recevons la consigne d’être efficaces, réalistes, compétitifs. Théodore Monod nous montre que cette course aveugle, éperdue, nous mène à l’abîme. Il préfère la lucidité de l’utopie qui nous fait choisir une étoile lointaine, sans doute inaccessible, mais vers laquelle on se dirige et qui guide nos choix quotidiens. Tirée de la préface écrite par Albert Jacquard.

Théodore Monod dans Le chercheur d’absolu

Une pièce musicale de Tony Banks – Renaissance

La réussite, et après?

Regard

Nous vivons dans une culture ou la réussite est une valeur importante. Peut-on réaliser une performance extraordinaire sans viser la réussite? Peut-on innover, créer du nouveau sans que ce soit une réussite?

La réussite est de l’ordre de l’idéal, d’un résultat à atteindre. Pour certaines personnes, la réussite n’est pas une valeur utile, être maintenant au lieu de faire est amplement suffisant.

Pour la personne qui cherche à faire la différence, être la différence ne semble pas atteignable. Et pourtant, l’abandon de l’un apporte l’émergence de l’autre.

Il existe tout un monde entre la lutte pour atteindre une cible et libérer ce que nous faisons de mieux.

Il y a quelque chose de contre-intuitif dans le fait d’accepter les paradoxes, d’accepter le changement et de rire de cette vie.

Pour atteindre la réussite, nous devons nous préparer, fermer les yeux et visualiser la cible à atteindre.

Alors que pour nous réaliser, nous devons ouvrir les yeux et découvrir que nous sommes bien plus que ce que nous sommes capables de concevoir.

Tout peut se faire avec performance et qualité et nous sommes un grand nombre capable d’atteindre un sommet désigné. La différence est avant tout dans la qualité de l’avancée,

la présence de peurs ou d’émerveillements,

la présence de stress ou de fous rires,

le refus de l’échec ou l’accueil d’un guide.

 

Une chanson d’Alice Phoebe Lou – She

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.