L’agitation ou l’équilibre, quel choix pour le guerrier pacifique

elevation

Lorsque le guerrier pacifique est en équilibre, il est calme, il agit, il est centré sur sa voie.

Lorsqu’il est agité, il a besoin de repère, il a besoin d’un appui, il est décentré.

Lorsqu’il est calme, il peut aisément se tenir en équilibre sur une jambe.

Alors, lorsqu’il est agité, s’il fait le test de l’équilibre sur une jambe et que son agitation est le centre de son attention, il tombe.

Il lui faut choisir entre méditer sur son agitation et alors il perdra facilement l’équilibre, ou soit méditer sur son équilibre et son agitation disparaîtra.

L’équilibre et l’agitation sont comme le feu et l’eau, ils ne se nourrissent pas bien.

Délire enfantin

060emoff neu

Un jour, on m’a demandé de cesser de faire le bébé.

Alors j’ai imaginé tout ce que je perdais, comment j’allais faire dorénavant pour vivre l’instant présent.

Pour moi cesser de faire le bébé, c’est redonner plus d’importance

aux croyances, aux opinions, aux valeurs, aux attitudes et aux associations relatives

à ce que je perçois et ce que je vis. C’est cogiter, ruminer, et laisser tomber la contemplation.

C’est faire attention à ce que je dis, ne plus faire trop rire.

Quand on me demande de ne plus faire le bébé, j’ai le goût de pleurer…

Une chance que c’est seulement un délire enfantin…

Hommage à ceux capables d’élévation

 Alexandra David-Neil

Pour avancer, il faut savoir s’abandonner.

Un enfant qui découvre la marche

se lance dans le vide.

on ne peut pas gravir un sommet

sans vivre les efforts qui nous éloignent de la base

Si on ne change pas, on ne grandit pas.

Si on ne grandit pas,

on ne vit pas sa voie.

L’élévation exige un abandon provisoire

de tout sentiment de sécurité.

*

 

Pour appuyer cet hommage, la chanson Un peu plus haut de Jean-Pierre Ferland

 interprétée pour la première fois par Ginette Reno

lors des festivités de la Fête nationale du Québec en 1975 à Montréal sur le mont Royal.

http://www.youtube.com/watch?v=wuyK_ag-jCE