L’homme qui riait avec les dieux   1 comment

XGGGD

Bien cher ami,

Ainsi tu veux à présent que je développe la Caverne de Platon.

Au Livre VII de la République, Platon illustre d’une comparaison ce qu’il avait expliqué en long et en large dans le Livre VI : les degrés de l’être et du connaître.

il y en a quatre :

  1. Les ombres : on n’en retire que du flou, des illusions, des berlues.
  2. Les choses matérielles, dont on a  les sensations (jamais très sûres).
  3. Les réalités mathématiques, dont on a une connaissance intellectuelle, mais forcément limitée.
  4. Enfin, les idées, les Archétypes de ce qui est. A partir de là, on comprend que tout procède d’un absolu, l’Un-Bien, au-delà de tout ce qui est.

C’est cela que Platon montre par une image que tout le monde peut piger : la célèbre allégorie de la caverne. Imaginons donc une bande de pauvres types, vivant depuis leur enfance enchaînés dans les ténèbres d’une caverne, et tournant ainsi le dos au jour.

Que voient-ils ? – Des ombres sur le mur, qu’ils croient être le vrai monde. Dans leur dos, il y a même des salauds qui les font se tromper exprès par des jeux de marionettes, et les pauvres couillons – l’humanité ordinaire – croient que le monde, c’est ça.

Mais si on essayait de les délivrer ? Comment ferait-on ? On les détacherait, on les tournerait vers la lumière, ce qui en un premier temps leur ferait drôlement mal, les éblouirait. Ils ne verraient pas grand-chose au début, et ils râleraient car ils ne comprendraient pas encore qu’ils commencent à voir le vrai monde.

Peu à peu, ils comprendront, s’ils persistent, que ce qu’ils voyaient en bas, c’étaient des conneries, et que maintenant, enfin, ils connaissent le réel, le vrai. Même le soleil, ils peuvent maintenant, sinon le voir, du moins l’entrevoir, et comprendre que c’est de sa lumière que vient la clarté. Ce serait alors pour eux le vrai bonheur, et pour rien au monde, ils ne voudraient retourner en bas. Sinon pour aider les autres à sortir de là…

Cela, selon Platon, c’est l’aventure du philosophos, de celui qui est l’amant de la sagesse. Il a réussi sa conversion – ce qui veut dire qu’il s’est tourné du bon côté. il a changé de vie, maintenant qu’il a tout compris. Et il peut aider les autres… Et c’est justement ce que toi et moi essayons de faire !

Vale !

de Lucien Jerphagnon, tiré du livre L’homme qui riait avec les dieux, Lettres à Lucilius de Lutèce, pages 25-26

 

Une chanson de Claire Pelletier  – La caverne

Publié 21 mai 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Une réponse à “L’homme qui riait avec les dieux

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Dommage que certains préfèrent ou n’arrivent pas à sortir de l’obscurité toute leur vie…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :