Archives de mai 2018

Notes sur la mélodie des choses   Leave a comment

6Sl7fAfFMa1z20e7zzuXdTl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

Si nous voulons être des initiés de la vie, nous devons considérer les choses sur deux plans :

D’abord la grande mélodie, à laquelle coopèrent choses et parfums, sensations et passés, crépuscules et nostalgies, –

et puis : les voix singulières, qui complètent et parachèvent la plénitude de ce chœur.

Et pour une œuvre d’art cela veut dire : pour créer une image de la vie profonde de l’existence qui n’est pas seulement d’aujourd’hui, mais toujours possible en tout temps, il sera nécessaire de mettre dans un rapport juste et d’équilibrer les deux voix, celle d’une heure marquante et celle d’un groupe de gens qui s’y trouvent.

A cette fin, il faut avoir distingué les deux éléments de la mélodie de la vie dans leur forme primitive ; il faut décortiquer le tumulte grondant de la mer et en extraire le rythme du bruit des vagues, et avoir, de l’embrouillamini de la conversation quotidienne, démêler la ligne vivante qui porte les autres. Il faut disposer côte à côte les couleurs pures pour apprendre à connaître leurs contrastes et leurs affinités.

Il faut avoir oublié le beaucoup, pour l’amour de l’important.

Rainer Maria Rilke dans Notes sur la mélodie des choses

Une pièce musicale de Bill Evans – You must believe in Spring

Publié 31 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) :

La différence sépare   Leave a comment

Une pause réflexion d’une minute sur une prise de conscience de la perception que la différence nous sépare, et pourtant…

 

Coexister   Leave a comment

Boule humaine

L’un des grands changements à opérer dans une vie est de développer un esprit d’ouverture et d’accueil. Il n’est pas toujours facile de cesser d’avoir peur et de se protéger de l’autre, de cesser par exemple d’anticiper les réponses et de projeter ses croyances. Cela semble simple à dire, mais quel travail.

Le grand test, c’est lorsque nous échangeons avec une personne et que nous sommes présents à elle que nous essayons réellement de communiquer et de la comprendre.

Cela implique concrètement de ne pas tenter de compléter ses phrases ou sa pensée, ne pas la comparer, ne pas la juger sans prendre en compte son vécu et ses conditions, bref être en mode écoute et tenter de comprendre.

Que la vie de l’autre soit bonne ou mauvaise à nos yeux, quelle est l’importance réelle? Elle restera toujours sa propre vie, et nous aurons à coexister puisque nous habitons la même planète.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman interprétée par les Enfoirés – Tout le monde y pense

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/964878.html

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 31 mai 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Que sait-on vraiment de la réalité ? : Expérience quantique   Leave a comment

Extrait du documentaire « Que sait-on vraiment de la réalité !? Dans le terrier du lapin », de Mark Vicente Betsy et William Arntz (2005). Ce passage décrit une expérience de mécanique quantique, basée sur celle des « fentes de Young » faite par Thomas Young en 1801. Les résultats obtenus illustrent le problème de la mesure quantique.

Publié 30 mai 2018 par dandanjean dans Réflexions trouvées à partager

Tag(s) associé(s) : ,

Si tu existes ailleurs   Leave a comment

ImAGE enlacés

Des êtres sont nés le même jour que vous, ont poussé leur premier cri à l’unisson du votre. D’autres cesseront de respirer à la seconde où vous quitterez ce monde. Peut-être que la vie vous amènera à rencontrer les uns ou les autres. Peut-être que non. Partagez-vous la même âme que certains d’entre eux ? Qu’importe.

Nous avons une vie à mener sans attendre la mort et sans la redouter. Pour ma part, je n’en ai pas peur car j’ai aimé ma vie. J’ai aimé et transmis, me suis construite et ai aidé les autres à en faire de même. J’accepte son issue.

En fait, je crois que personne n’a réellement peur de la mort. Nous avons seulement peur de ne pas avoir le temps de nous habituer à l’idée de mourir faute d’avoir compris ce que vivre signifie.

Thierry Cohen dans Si tu existes ailleurs

Une pièece musicale avec Santana et McLaughlin – Naima

Publié 30 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

La grande mélodie   Leave a comment

Nous sommes chacun un son différent. Il y a des Mi qui proviennent d’une corde de guitare, d’autres d’une flute ou d’un tambour. Ce qui nous différencie en plus de la note et de l’instrument qui nous habite, il y a la hauteur, la tonalité, le timbre et la durée.

Nous avons peu de contrôle sur le type de note ou l’instrument d’où l’on émerge, mais nous pouvons en changer les autres caractéristiques.

Une vie plus chaude, plus chaleureuse sera sollicitée pour une pièce de jazz, une chanson romantique ou une mélodie d’ambiance. D’autres par leurs caractéristiques sont prédisposés pour une pièce de hard rock ou de métal.

Lorsque nous jouons, il est si facile de croire que c’est notre note qui crée la mélodie, quand dans les faits, nous ne sommes qu’une parcelle singulière de la partition. Nous ne sommes pas la mélodie, mais nous composons ensemble, avec les autres humains des mélodies. Nous pouvons changer de pièce, de registre, de partition, en nous transformant, en nous entraînant et en nous laissant vibrer à ce qui nous vient du cœur.

Il n’y a pas de pièces musicales plus belles, plus importantes ou plus utiles. Que des mélodies du monde qui se promènent à travers nos différents milieux de vie, entre les arbres, les montagnes et les toits de nos maisons.

La prise de conscience de cette interdépendance qui relie notre son singulier et la place que nous occupons dans l’orchestration de la vie nous permet de créer les plus beaux accords.

 

Une chanson de Jean Pierre Ferland – La grande mélodie

Les paroles sont sur https://www.paroles-musique.com/paroles-Jean-Pierre_Ferland-La_Grande_Melodie-lyrics,p11031

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 30 mai 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Enfance d’un chaman   2 comments

eveil-tv-conscience-pixabay

Il n’y a pas pour vous de différence entre l’homme, la bête, l’arbre ou le rocher, parce que la vie, vous dîtes encore « le souffle », est également présente en chacun. Vous êtes tous habités d’une même respiration. Une qualité qui prévaut sur l’apparence, ce voile qui vous recouvre et vous rend singuliers.

*

Et partout cette musique, tendue entre les branches, dans les fils de lumière et dans les gorges d’ombre; cette vibration portée de gueule en gueule, amplifiée aux froissements d’un élytre, d’un cri rauque, d’un roulement dans le cou d’un oiseau. A chaque instant la forêt est épaisse de ce qu’elle s’apprête à dire, ou bien de ce qu’elle tait. Tout parle sous les mousses au coude d’un vieil arbre. Même le parfum au ventre de la fleur est un mot prononcé.

*

Combien existe-t-il de peuples qui osent aujourd’hui s’adresser à une plante à voix haute ? Tu réveilles une mémoire ancienne, ranimes dans la parole ce mélange de prière et de magie, caché dans les ourlets de la langue, à ses zones de lisière. Cette force d’incantation, ce souffle d’inattendus. Ce désir immodéré d’être entendu par les arbres et les pierres. De revenir au monde. De l’honorer.

Le feu éteint, la nuit s’avance, tu chantes encore. La lune à mi-ciel déjà, un vent de nuit s’approche de l’autre côté du fleuve. Je l’entends qui empoigne les arbres, les froisse l’un après l’autre, marche sur les cimiers. Ton chant s’y cogne, s’y éparpille, quand le souffle dégringole jusqu’à nous, chargé du sucrin des fruits de palmes, que les chauves-souris grignotent avec des bruits métalliques, une faim d’ailes battues. Plus loin, une chouette soupire. Puis un buisson clignote sous la raucité du crapaud.

Ainsi tu chantes jusqu’au lever du jour, mélangeant ta parole avec les voix de la forêt …

Anne Sibran dans Enfance d’un chaman, « Haute enfance »

 

Une chanson de Mark Knopfler & Chris Botti – What A Wonderful World

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/244163.html

Publié 29 mai 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :