Anaïs Nin   2 comments

772998ba5507957c0106fac47eff6a1b.jpg

Parfois je pense à Paris non comme une ville mais comme un havre. Protégé, fermé, abrité, intime. Le bruit de la pluie de l’autre côté de la fenêtre, l’esprit et le corps enclins à l’intimité, aux amitiés, aux amours. Encore une journée intime et abritée d’amitié et d’amour, une alcôve. Paris intime comme une chambre. Tout conçu pour l’intimité.

Cinq à sept c’était l’heure magique des rendez-vous d’amour. Ici c’est l’heure des cocktails. New York est tout le contraire de Paris. On se soucie bien d’intimité ! On ne porte aucune attention à l’amitié et à son développement. Rien n’est fait pour adoucir la dureté de la vie elle-même. On parle beaucoup du « monde », de millions, de groupes, mais aucune chaleur entre les êtres. On persécute la subjectivité qui est le sens de la vie intérieure ; on désapprouve celui qui se soucie de croissance et de développement personnel.

Anaïs Nin dans Journal, tome 3 : 1939-1944

Une pièce musicale de Claude Debussy – Voiles

Publié 14 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : ,

2 réponses à “Anaïs Nin

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. La beauté assassine d Anaîs Nin….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :