Le Pèlerin de Compostelle

Le Graal pour deux

Lorsque tu voyages, tu fais une expérience très pratique de l’acte de renaissance. Tu te trouves devant des situations complètement nouvelles, le jour passe plus lentement et, la plupart du temps, tu ne comprends pas la langue que parlent les gens. Exactement comme un enfant qui vient de sortir du ventre de sa mère. Dans ces conditions, tu te mets à accorder beaucoup plus d’importance à ce qui t’entoure, parce que ta survie en dépend. Tu deviens plus accessible aux gens, car ils pourront t’aider dans des situations difficiles. Et tu reçois la moindre faveur des dieux avec une grande allégresse, comme s’il s’agissait d’un épisode dont on doit se souvenir sa vie restante.  « En même temps, comme tout est nouveau, tu ne  distingues dans les choses que la beauté et tu es plus (heureux de vivre. C’est pourquoi le pèlerinage religieux a toujours été l’une des manières les plus objectives de parvenir à l’illumination. Pour se corriger ses péchés, il faut marcher toujours plus avant, s’adaptant aux situations nouvelles et en recevant échange les milliers de bénédictions que la vie accord généreusement à ceux qui les lui demandent.

Quand on voyage vers un objectif il est très important de prêter attention au chemin. C’est toujours le chemin qui nous enseigne la meilleure façon d’y parvenir, et il nous enrichit à mesure que nous le parcourons. C’est ainsi quand on a un objectif dans la vie. Il peut devenir meilleur ou pire, cela dépend du chemin que nous choisissons pour l’atteindre et de la manière dont nous le parcourons. Il faut puiser dans ce que nous avons l’habitude de regarder tous les jours, les secrets que la routine nous empêche de voir.

Tu penses que Dieu existe et je le pense aussi reprit Petrus. Alors pour nous Dieu existe. Mais si quelqu’un ne croit pas en lui, il ne cesse pas d’exister pour autant. Et cela ne signifie pas que la personne qui n’y croit pas soit dans l’erreur.

Où que tu désire voir le visage de Dieu tu le verras et si tu ne veux pas le voir, cela ne fait pas la moindre différence, dés l’instant que ton effort est bon.

Paolo Coelho dans Le Pèlerin de Compostelle

Une pièce musciale de Desireless interprétée par Yann Perreau – Voyage voyage

Les paroles sur https://www.paroles.net/desireless/paroles-voyage-voyage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s