Alexis Zorba

zorba-le-grec-07-g

– Peut-être que je resterai avec toi, ici… fis-je, effrayé par la tendresse farouche de Zorba. Peut-être aussi que je reviendrai avec toi. Je suis libre!

Zorba secoua la tête:

– Non, tu n’es pas libre, dit-il. La corde avec laquelle tu es attaché, est un peu plus longue que celle des autres. C’est tout. Toi, patron, tu as une longue ficelle, tu vas, tu viens, tu crois que tu es libre, mais la ficelle tu ne la coupes pas. Et quand on ne coupe pas la ficelle…

– Je la couperai un jour! dis-je avec défi, car les paroles de Zorba avaient touché en moi une plaie ouverte et j’avais eu mal.

– C’est difficile patron, très difficile. Pour ça, il faut un brin de folie; de folie, tu entends? Risquer tout! Mais toi, tu as un cerveau solide et il viendra à bout de toi. Le cerveau est un épicier, il tient des registres, j’ai payé tant, j’ai encaissé tant, voilà mes bénéfices, voilà mes pertes! C’est un prudent petit boutiquier; il ne met pas tout en jeu, il garde toujours des réserves. Il ne casse pas la ficelle, non! il la tient solidement dans sa main, la fripouille. Si elle lui échappe, il est foutu, foutu le pauvre! Mais si tu ne casses pas la ficelle, dis-moi, quelle saveur peut avoir la vie? Un goût de camomille, de fade camomille! Ce n’est pas du rhum qui te fait voir le monde à l’envers.

*

Le bon maître ne veut pas de récompense plus éclatante que celle-là : former un élève qui le dépasse.

*

Nous restâmes silencieux auprès du brasero, tard dans la nuit. Je sentais de nouveau combien le bonheur est chose simple et frugale : un verre de vin, une châtaigne, un misérable poêle, la rumeur de la mer. Rien d’autre. Et pour sentir que tout cela c’est du bonheur, il ne faut qu’un cœur simple et frugal.

*

Lorsque tout marche de travers, quelle joie de mettre notre âme à l’épreuve pour voir si elle a de l’endurance et de la valeur! On dirait qu’un ennemi invisible et tout puissant – les uns l’appellent Dieu, les autres diable – s’élance pour nous abattre; mais nous restons debout. Chaque fois qu’intérieurement il est vainqueur, alors qu’au dehors il est vaincu à plate couture, l’homme véritable ressent une fierté et une joie indicibles. La calamité extérieure se transforme en un suprême et durable félicité.

Nikos Kazantzakis dans Alexis Zorba

Une pièce musicale tirée du film  La danse de Zorba

2 réflexions sur “Alexis Zorba

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s