Qu’est-ce qu’est devenue la victime?

Elle s’agressait elle-même, et du coup, elle devenait sa propre victime.  Et tout son monde autour d’elle n’avait plus la même apparence. Vivre dans le monde en étant sa propre victime est une condition difficile et exigeante. Ce qui l’agaçait le plus, c’est qu’elle n’était pas seule, parfois elle rencontrait d’autres personnes qui étaient dans cette position. Bien sûr qu’elle savait qu’enfant nous apprivoisions tous a divers degrés les comportements qu’utilisent les victimes. Mais elle, elle en avait fait un trait principal de sa vie et à ses yeux, elle était la seule qui valait cette peine.

On pouvait la reconnaître facilement, car elle :

  • Savait s’apitoyer facilement sur elle-même;
  • Avait ce réflexe naturel de blâmer les autres pour ses problèmes;
  • Savait se diminuer avec intensité aux yeux des autres;
  • Accordait plus d’importance aux perceptions des autres qu’a les siennes;
  • Comptait que sur elle-même;
  • Jugeait, blâmait, critiquait les autres, car ils ne faisaient jamais ce qu’elle attendait d’eux;
  • Savait se plaindre de ses problèmes sans accorder aucun intérêt à trouver des solutions;
  • Était patiente et savait attendre que quelqu’un vienne l’écouter voire tenter de la sauver de son malheur;
  • Était souvent en perte de contrôle de sa vie;
  • Savait investir toute son énergie uniquement sur ce qui était négatif sans jamais s’attarder sur ce qui était positif.

En fait, elle s’approchait d’une intégration complète de ce modèle de vie qu’est la victime, qui consiste non seulement à croire que quelqu’un quelque part était responsable de son état, mais surtout de croire qu’elle ne pouvait rien faire par elle-même pour changer la situation.

Elle avait même développé des stratégies qui la maintenaient dans l’état de victime. Par exemple, demander de l’aide à un moment quand c’est impossible de l’obtenir.

Elle était puissante dans son impuissance. Elle savait comment éveiller l’impuissance chez les gens. Elle avait ce pouvoir d’amener les autres à se sentir impuissant en leur démontrant de façon brillante que même s’ils tentaient de faire quelque chose, cela ne marcherait pas et qu’ils ne pourraient jamais les aider. C’était sa façon à elle de se prouver que sa vie était sans issue.

Puis, un jour de faiblesse, elle laissa tomber une petite partie de son dispositif de défense. Elle avait le goût d’aimer.  Elle perçut par la fissure de son dispositif que d’autres victimes moins importantes ont eu le pouvoir de sortir de leur état.

Elle a donc malgré elle reconnut qu’il y a de mauvaises raisons à être une victime. Elle prenait conscience que l’idée c’est d’obtenir ce que l’on veut. Elle avait délaissé la voie du plaisir pour obtenir ce qu’elle désirait et elle avait pris la voie de la souffrance.

Prendre conscience de cet état l’a amené à réaliser que c’était elle qui avait appris à devenir une victime.

Puis la fissure, la brèche s’est ouverte toute grande. Ah, les ravages de l’amour!  Elle savait qu’elle pourrait cesser de rendre les autres responsables pour tout ce qui n’allait pas dans sa vie et accepter sa part de responsabilité. Elle pouvait voir ce modèle de survie qui s’était mise en place pour répondre à l’insatisfaction de ses besoins.

Lentement, ses croyances et ses perceptions se sont modifiées, tout devenait relatif, le doute s’était installé.  Elle voulait aimer, aimer vraiment et des barrières comportementales la tenait à distance des personnes intéressantes à ses yeux.

Et comme elle avait le goût encore une fois de fuir, et de retourner dans ses vieux dispositifs de défense, elle ouvrit la porte de l’Aide et demanda si elle pouvait juste parler de ce qu’elle ressentait en tendant la main.

Depuis ce jour, nous ne pouvons plus la retrouver. Certains disent qu’elle est disparue par bribes, tout doucement, et qu’elle est partie vers son bonheur.

Une chanson de Peter Gabriel – Après-moi

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/1185564/peter-gabriel/paroles-et-traduction-apres-moi/

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s