Considérations inactuelles

ImAGE_rêve papillon

L’homme s’étonne de lui-même, de ne pouvoir apprendre à oublier et de toujours rester accroché au passé. Si loin qu’il aille, si vite qu’il coure, sa chaîne court avec lui. C’est un prodige : l’instant est là, présent en un éclair, puis il disparaît en un éclair à nouveau. Rien auparavant, rien après. Pourtant l’instant revient comme un fantôme troubler la paix d’un instant ultérieur. Chaque feuille, l’une après l’autre, se détache du rouleau du temps, chute en voltigeant et retourne se poser sur les genoux de l’homme. Celui-ci dit alors : « Je me souviens », et il envie l’animal qui oublie aussitôt et voit réellement mourir chaque instant, retombé dans la nuit et le brouillard, évanoui à jamais.

*

L’homme, en revanche, s’arc-boute contre la charge toujours plus écrasante du passé, qui le jette à terre ou le couche sur le flanc, qui entrave sa marche comme un obscur et invisible fardeau. Ce fardeau, il peut à l’occasion affecter de le nier et, dans le commerce de ses semblables, ne le nie que trop volontiers, afin d’éveiller leur envie. Mais il s’émeut, comme au souvenir d’un paradis perdu, en voyant le troupeau à la pâture ou bien, plus proche et plus familier, l’enfant qui n’a pas encore un passé à nier et qui joue, aveugle et comblé, entre les barrières du passé et de l’avenir. Il faudra pourtant que son jeu soit troublé, et on ne viendra que trop tôt l’arracher à son inconscience. Il apprendra alors à comprendre le mot  » c’était », formule qui livre l’homme aux combats, à la souffrance et au dégoût, et lui rappelle que son existence n’est rien d’autre qu’un éternel imparfait. Lorsqu’enfin, la mort apporte l’oubli désiré, elle supprime également le présent et l’existence, scellant ainsi cette vérité, qu' »être » n’est qu’un continuel  » avoir été », une chose qui vit de se nier et de se consumer, de se contredire elle-même.

Friedrich Nietzsche dans Considérations inactuelles I et II

Une pièce musciale de Gustav Mahler ~ Symphony No. 4 in G major (1901) ~ iii. Ruhevoll {Poco adagio} ≈ Principal theme

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s