La centurie du renoncement

Sadhana

Le désir jamais ne s’éteint.

C’est un jour l’homme qui s’éteint.

Ce n’est guère le temps qui passe,

C’est l’homme lui-même qui passe.

*

Tu étais moi alors, et j’étais toi.

Quelle connexion des choses

Fait que maintenant tu es toi,

Et je suis moi?

*

Même une branche coupée repousse,

Même la lune disparue croît à nouveau:

Le sage qui considère ceci

Ne se ronge pas dans l’adversité.

 

Bhartrihari dans La centurie du renoncement

Une pièce musicale d’Anoushka Shankhar – Breathing under water

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s