Des phénomènes interdépendants

cropped-image-soleil-arbre.jpg

On trouve dans les textes bouddhiques l’histoire de deux aveugles qui voulaient qu’on leur explique les couleurs. À l’un d’eux on répondit : « Le blanc, c’est la couleur de la neige. » L’aveugle prit une poignée de neige et conclut que le blanc était « froid ». A l’autre on raconta que le blanc était la couleur des cygnes, et il écouta le bruissement des ailes d’un cygne qui volait, pour conclure que le blanc faisait « frou-frou »…

Lorsque nous percevons un phénomène, nous sommes conscients que nombre de ses attributs sont liés à la perception que nous en avons, car le même objet ou la même personne peuvent être perçus comme étant agréables ou désagréables, beaux ou laids. Nous pensons néanmoins que certains caractères spécifiques de l’objet existent en eux-mêmes et définissent sa vraie nature, telle qu’elle existe derrière le voile auquel s’arrêtent nos sens. Or, aucun de ces caractères ne résiste à une analyse critique ni ne permet de définir la réalité ultime d’un phénomène.

L’électron, par exemple, peut être considéré comme une onde ou comme une particule, deux entités parfaitement antinomiques. On peut aussi le décrire par des quantités chiffrées fournies par des appareils de détection ou des calculs mathématiques sa masse, sa charge, sa vitesse, son spin, etc. De ces différents caractères ou paramètres, on ne peut raisonnablement en considérer aucun comme décrivant la nature ultime de ce qu’on appelle « électron ». Ces caractères ne se révèlent qu’en dépendance avec d’autres facteurs, tels que les méthodes et les instruments d’observation, sans parler de l’observateur lui-même. La nature ultime de la réalité, si tant est que cette abstraction existe, nous est, pour reprendre Henri Poincaré, « à jamais inaccessible ». Les lois mathématiques ne peuvent que définir des propriétés dépendant elles-mêmes des postulats sur lesquels reposent ces lois.

Il n’est pas question de nier la réalité observable telle que nous la voyons, ni de prétendre qu’elle n’existe pas en dehors de l’esprit. Ce que nous voulons dire, c’est qu’il n’y a pas de réalité « en soi ». S’il est un mot clé pour décrire la réalité, c’est bien celui d’interdépendance. Les phénomènes existent uniquement en dépendance avec d’autres phénomènes. Cela est vrai des particules atomiques comme des instants de conscience. La « vacuité » du bouddhisme, qui fit reculer les beaux esprits du siècle dernier saisis par la crainte du néant, n’est pas l’absence ou l’inexistence des phénomènes, mais les phénomènes eux-mêmes. Ce dont ils sont vides, ce n’est pas d’une réalité relative, conventionnelle, mais d’une existence propre, permanente et autonome.

Alan B Wallace dans Science et Bouddhisme

Une pièce musicale de Jóhann Jóhannsson – ‘Flight From The City

2 réflexions sur “Des phénomènes interdépendants

  1. Bonjour et merci pour ce partage,

    Le mathématicien Gödel et le physicien Heisenberg ont démontré, au début du 20e siècle, l’indéterminisme, l’incertitude et l’incomplétude du monde phénoménal. Autrement dit, la réalité des phénomènes observables serait dépendante d’une réalité supérieure inaccessible aux moyens d’investigations de la science expérimentale et de la logique humaine (celle d’Aristote, dite du « tiers exclu »). Par exemple, l’intrication quantique entre deux particules qui se comportent comme un tout indivisible même lorsqu’elles sont séparées par des années-lumière montrerait que la cause de ce phénomène est en dehors du monde phénoménal. Pour faire court, il y aurait donc un étagement et une coexistence des réalités allant du plus grossier (matériel) au plus subtil (immatériel) ; une interdépendance à la fois horizontale (p. ex. l’effet papillon) et verticale (les différents ordres de réalité) à tous les étages de la réalité. Tout ceci créant un réseau complexe de liens dans tout le Cosmos, dont la source échapperait en définitive aux lois humaines et transcenderait la quantité, le temps et l’espace, et qu’on pourrait nommer « vacuité » pour reprendre une formulation bouddhiste. En d’autres termes, un Vide plein des choses de l’univers…

    Bonne journée,

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s