La Divine blessure

Union de rêves et d'amour...

Diverses attitudes masculines montrent un profond rejet du Féminin qui est, au fond, la véritable blessure de l’homme. Plus l’homme abaisse et renie la femme – en ses divers visages de mère, de sœur, d’amante, d’épouse -, et plus il aggrave sa propre blessure, son manque essentiel.

*

Parfois, sous le coup d’une douleur, par la grâce d’un émerveillement, une échancrure se produit qui déchire notre opacité et permet d’aller voir de l’autre côté : une brèche par laquelle la Lumière peut nous toucher.

*

L’homme n’a pas d’autre choix que de s’étioler ou de s’étoiler.

*

La compassion commence par un seul geste, celui de se pencher, de regarder, d’écouter autrui. Elle est discrète et attentive, elle ne fait pas d’éclat, mais offre toute la chaleur dont un individu est capable. Elle est d’abord un élan qui porte vers l’autre, le fameux prochain, quel qu’il soit, à la Facon dont on pratiquait l’hospitalité dans l’Antiquité grecque : on accueillait l’étranger sans même lui demander son nom, ni les raisons de son passage. C’est l’élan premier –la voix du cœur- qui fait spontanément tendre la main à une personne âgée, qui relève quelqu’un qui vient de tomber. Au fond, un seul geste compte et c’est celui qui coûte le plus : prendre l’autre dans ses bras, le serrer sur son cœur. Cela suffit, souvent, à apaiser de grandes douleurs, cela dépasse toutes les thérapies savantes et bavardes. Mais peu d’hommes savent offrir cette élémentaire chaleur d’humanité.

*

Dès qu’il tient sur ces jambes et s’aventure un peu, tout enfant fait l’apprentissage de la vie par des plaies, des bosses, des chutes, en se cognant, en se brûlant. Cela ne désigne pas une voie de souffrance ni un monde de douleur, mais rappelle qu’être vivant, c’est être touché souvent et parfois bouleversé.

*

En certains instants illuminés, la blessure qui marque toute existence n’est plus une douleur, une honte, mais un honneur, une visitation. La Beauté et l’Amour viennent au plus près de l’être par un souffle puissant, par des traits acérés, en ce lieu du cœur où toute séparation est levée, où s’abolit en un éclair la distinction entre la déchirure et la grâce.

Jacqueline Kelen dans Divine blessure

Une pièce musicale de Camille Thomas – Dvorák: Songs My Mother Taught Me

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s