Plâtrier siffleur

Je crois qu’habiter poétiquement le monde, c’est l’habiter aussi et d’abord en contemplatif.

Contempler est une manière de prendre soin.

C’est casser tout ce qui en nous ressemble à une avidité, mais aussi à une attente ou un projet.

Regarder et s’émouvoir de l’absence de différence entre ce qui est en face et nous.

J’ai là sous les yeux, dans cette forêt, quelque chose qui est beaucoup plus riche que tout ce qu’un musée ne pourra jamais s’offrir.

Dans l’ordre, un peu de mousse, un peu plus loin des ronces, une fougère que le soleil traverse comme un vitrail.

Cette fougère est sainte par sa mortalité, par sa fragilité, par le fait qu’elle va connaître le dépérissement.

Que faire de mieux que de saluer ceux qui sont dans le passage avec nous ?

Ce serait beau de bâtir toute une conversation autour de cette fougère…

Le monde est rempli de visions qui attendent des yeux.

Les présences sont là, mais ce qui manque ce sont nos yeux.

Christian Bobin dans Le Plâtrier siffleur

Une pièce musicale de Nils Frahm – My Friend the Forest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s