Un trésor, un piège

L’acceptation de soi-même est héroïque car elle signifie l’effondrement des limitations intérieures crées par la famille, la société et la culture. Notre identité acquise est toujours insuffisante et défectueuse : elle est le contenant et non le contenu. Mais l’effondrement de cette carcasse ou le fendillement de ce masque nous terrifie, et nous avons tendance à le refuser. Notre grandeur, notre capacité de briller, d’aimer sans limites, de triompher, nous fait bien plus peur que notre petitesse. Surmonter cette peur suppose d’avoir un but plus élevé. Nous pourrions l’appeler amour de soi, amour de l’œuvre que nous sommes en train d’accomplir, amour de tous ceux à qui cette œuvre peut être bénéfique. C’est alors que des sentiments sublimes entrent en jeu : dès lors que nous acceptons l’effondrement du moi limité, nous entrons en contact avec la gratitude et la grâce. Ce remerciement essentiel ouvre le chemin vers nos propres qualités.

*

Quand les deux enfants sont de sexe différent, il n’est pas rare que les parents projettent leur vision du couple sur eux : le frère et la sœur reproduisent alors l’atmosphère entre les parents, se querelleront comme les parents se querellent, ou au contraire seront encouragés à former une sorte de petit couple qui peut même tourner à la relation incestueuse. Ce fantasme couramment répandu selon lequel frère et sœur forment un couple semblable à celui des parents est en réalité une monstruosité : en aucun cas frère et sœur ne sont un couple, mais deux individualités distinctes qui coexistent, comme deux espèces d’arbres ou comme deux planètes du système solaire.

*

Les êtres humains ne s’unissent pas comme des animaux, motivés par le rut : dans leur union, il y a le désir inconscient de mettre au monde une descendance capable d’atteindre un jour l’amour impersonnel et la compassion universelle.

*

L’acceptation de soi-même est héroïque car elle signifie l’effondrement des limitations intérieures créées par la famille, la société et la culture.

*

… chacun, à chaque instant, peut décider d’être une source de Conscience

Alejandro Jodorowsky dans La famille, un trésor, un piège

Une pièce musicale de Harmonium symphonique – Histoires sans paroles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s