Aimer et être aimé

Aimer et être aimé, donner et recevoir, s’ouvrir à l’autre puis l’accueillir, découvrir l’autre et compter pour lui, prendre soin et recevoir de l’attention. Dit comme cela, c’est d’une grande simplicité et cela correspond à ce que nous souhaitons au plus profond de nous-mêmes. Pourquoi, ce n’est pas aussi facile à vivre ?

L’amour est pour beaucoup d’entre nous un grand souffle. Il apparait comme une source d’inspiration, apportant de l’air frais dans notre vie, et qui va finir par connaître sa phase d’expiration, cette relation sous un magma de malentendus, composé soit de jalousie, de perte de contrôle, de frustrations, d’attente irréaliste, ou de ressentiments.

Une relation amoureuse nous permet d’expérimenter de merveilleuses périodes d’harmonie, tout en nous faisant vivre des situations émotionnelles difficiles que nous apprenons à surmonter en laissant de côté l’entêtement ou ignorance. Puis, il peut arriver la séparation, malgré une belle et longue histoire de proximité d’âmes.

L’expression « Je t’aime » est composée que de deux mots, une référence à soi, le je associé à l’expression d’un intérêt, d’une appréciation. Et, juste avec ces deux mots, s’ouvre une multitude de significations. Tout dépendant du lieu, le verbe aimer ouvre des perspectives différentes. Aimer dans un restaurant s’apparente souvent à se nourrir. Aimer dans un musée, c’est conservé. Que recherche-t-on par l’amour ? Est-ce une expérience qui nous nourrit, une expérience qui élargit notre espace affectif ou simplement qui comble un mal-être existentiel ?

L’amour ne peut que se tarir dans une relation de dépendance, car elle nous ramène souvent inconsciemment à notre désir de se guérir de nos blessures. Lorsque l’on aime pour se permettre d’être meilleur, nous laissons à l’autre que le choix d’être ce qu’il nous faut. Alors, la relation devient un souffle de dépendance, inspirant et expirant son cortège de jalousie, d’exigences excessives et de peur de perdre. Lorsque l’amour est vécu pour combler le manque de l’autre, il n’y aura jamais assez d’eau pour assouvir sa soif.

L’idée de trouver sa princesse ou son prince charmant en est un bel exemple. Aucun royaume ne peut satisfaire des attentes qui ne cessent d’évoluer.

Aimer demande une ouverture inconditionnelle. Accepter la clarté du jour tout comme ses zones d’ombres, s’ouvrir à l’improbable, ne plus rechercher les expériences que nous connaissons déjà, se laisser guider par le mouvement spontané et généreux de la vie qui déborde, offre et partage sans compter. Voilà la voie qui m’interpelle.

Une chanson de Florent Pagny – Savoir Aimer

Les paroles sur la vidéo

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2022 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s