Petits contes de sagesse

Les vrais chemins sont ceux du cœur, pas ceux du monde.

*

Nous sommes sur le seuil, à la fois au-dedans et au-dehors de nous.

Nous sommes le seuil.

*

Si tu veux découvrir la vie dans sa plaisante nudité, oublie ce que le monde estime inoubliable et demeure attentif à ce qu’il croit léger.

*

Le monde est comme vos miroirs. Il est neutre. Il renvoie, fidèle, l’image que nous lui offrons. Soyez content, le monde l’est. Soyez anxieux, il l’est aussi. Dans chaque être, dans chaque instant, insupportable ou bienheureux, nous ne voyons rien du dehors. Nous ne voyons que notre image. Allez consulter vos miroirs et comprenez ce qu’ils vous disent. Alors toute peur, tout refus, tout combat s’en iront de vous.

*

Le père, l’enfant

Un disciple découragé dit un jour au Baal Shem Tov :

-Plus je me rapproche de Dieu, et plus je le sens qu’il s’éloigne.

Le Baal Shem Tov lui répondit :

-Il est comme le père qui apprend à marcher à son petit enfant. D’abord, devant lui il le pose, puis il soutient ses premiers pas. L’enfant s’avance vers son père, son père le lâche, il recule, et l’enfant trottine vers lui. Si Dieu s’éloigne, mon garçon, c’est qu’il veut t’apprendre à marcher.

Henri Gougaud dans Petits contes de sagesse pour temps turbulents

Une pièce musicale de Ludovico Einaudi – Night (Reimagined by Mercan Dede / Visualiser)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s