Je l’aime

Je n’ai jamais désiré

Devenir une étoile dans le mirage du ciel

Ou, comme l’âme des élus,

Le compagnon silencieux des anges.

Je n’ai jamais été séparée de la terre

Jamais intime avec le ciel.

Je suis debout sur la terre

Avec mon corps qui, pareil à une plante,

Pour vivre,

Aspire le vent, le soleil et l’eau.

Enceinte de désirs,

Enceinte de douleurs,

Je suis debout sur la terre,

Pour que les étoiles me vénèrent,

Pour que les brises me caressent.

*

Je l’aime…

comme une graine aime la lumière

comme un champ aime le vent

comme un bateau aime la vague

comme un oiseau aime l’envol

Je l’aime…

Lassée, je regarde à travers mes paupières entrouvertes :

si seulement avec ce silence-là

et avec cette sincérité-là,

tu fondais en poussière dans mes bras,

avec ce silence-là.

Forough Farrokhzad dans Ouevre poétique complète

Une pièce musicale de Secret Garden – Appassionata

2 réflexions au sujet de « Je l’aime »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s