Le dialogue des statuts

statuts-arc.jpg

Je ne sais pas depuis quand, c’est arrivé tout doucement. Au début, j’avais l’impression d’entendre un grésillement. Puis, j’avais l’impression d’entendre un bruit de fond.

Un jour, j’ai entendu distinctement un mot, en fait une expression, Ouf! Puis, j’ai commencé à entendre des dialogues au beau milieu de ce temple voué à l’adoration et à la prière. Les statuts se parlaient entre elles.

Parfois, elles avaient de l’admiration pour le courage qu’elles observaient, vous savez ces personnes qui ont une grande âme, qui sont dédiées aux autres et qui viennent prier. Parfois, elles étaient découragées par le fait que des personnes raisonnables attendent d’eux un miracle.

Bien qu’elles ne sont pas capables de mouvement, elles sont capables de bien lire la réalité. Elles font nettement la différence entre les âmes pieuses, et celles qui sont quémandeuses.

J’ai compris à les entendre qu’il n’y a probablement pas une position plus difficile à tenir que celle de constater qu’une personne crée son propre malheur et que nous n’avons pas la capacité d’intervenir.

Cela m’a donné l’idée de leur parler de temps en temps de la beauté de la vie derrière les murs du temple afin de maintenir leur foi en la race humaine.

Nous, les humains, avons cette capacité d’agir sur notre environnement, mais parfois l’indifférence nous laisse de marbre. C’est pourtant notre capacité d’agir pour le bien commun qui nous différencie.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – Né en 17 à Leindenstadt

Les paroles sur https://genius.com/Jean-jacques-goldman-ne-en-17-a-leidenstadt-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Apaisement

 

Je suis de ceux qui désirent un apaisement dans ce monde, mais je ne suis pas un rêveur. J’espère que nous pourrons vivre une ère de paix. Toutefois, je sais qu’il y aura toujours de la violence, c’est dans la nature de l’humain de vivre parfois avec des pulsions malsaines. Je sais qu’il y aura encore de la souffrance, et une bonne part d’iniquité.

Je ne peux concevoir un monde parfait, ou le bonheur devient une exigence de perfection. Tout est réglé, tout est ajusté. Vous savez, un monde qui deviendrait aseptisé, dont le risque, serait perçu comme un échec potentiel. Vous savez ce genre de monde ou il faut interdire au lieu de développer les consciences.

Je suis de ceux qui préfèrent mobiliser pour nous outiller, notamment, pour faire face, à se lever, pour réagir avec non-violence, et pour susciter l’émergence de coach permettant de nous faire apprécier la différence.

Il est impossible de fuir la maladie, la souffrance, la pauvreté et la mort. Elle sera toujours présente.

Il est toutefois possible d’y faire face, de se tenir debout et sereinement, aider chacun de nous à s’approprier notre propre pouvoir d’agir sur les situations.

Chacune de nos actions singulières au profit des autres apaise, et constitue ces fragments de paix, qui au fil du temps, alimente notre développement collectif.

 

Une pièce musicale de Eric Aron – Sanctus ayant permis de créer cette Symphonie universelle

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le songe qui parle à Peur

Nos peurs nos choix

Un petit songe s’approcha de l’oreille de l’enfant qui dormait d’un sommeil agité, et il se mit à parler tout doucement à l’oreille, presque un murmure, un léger sifflement. Le songe ne voulait pas réveiller l’enfant.

Sais-tu qui tu es vraiment?

On t’appelle Peur, mais dans les faits, je sais que ce n’est pas ton vrai nom, que tu n’existes que par l’expression d’une faiblesse. Un jour, les humains vont découvrir que ton nom vient de ton créateur, le désespoir.

Tu profites d’un moment de doute, ou l’événement nous fait fermer les yeux à notre issu pour venir t’imposer.

Avec du courage certains te font taire et utilisent ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée. Le courage est un levier puissant, car elle utilise l’énergie consciente.

Face à un événement générant de la peur, la personne qui garde sa conscience, son calme et qui sait que la situation peut être contournée, se projette dans le présent en cherchant l’opportunité, recherche les appuis, puis passe à l’action. On dira qu’elle est courageuse. Toutefois, toi et moi savons que cette personne sait avant tout utiliser ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée.

Toute personne qui aura compris que tu t’installes dans sa vie parce que tu as fait germer l’impatience, tu as endormi la quiétude, tu as semé l’inquiétude tout en incitant l’esprit à se refermer au lieu d’agir en présence, cette personne pourra se redonner sa capacité d’agir.

Un jour, chère amie Peur, tu verras que d’autres humains se rappelleront ce que je leur raconte à leur éveil.

Une chanson de Daran – Pas peur

Les paroles et les accords sont sur  https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daran/Pas-peur.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Se calmer, d’état en état

ImAGE contrôle

Bien sûr, il y a les imprévues, les coups du sort et les actes manqués

Et puis!

Fais-le calme en toi,

Arrête-toi, apprends

Appuie-toi sur l’expérience acquise et relève-toi.

Vis simplement à ta propre mesure.

Bien sûr, il y a les séparations déchirantes, les blessures de mal aimé

Et puis!

Fais-le calme en toi,

Arrête-toi, apprends

Appuie-toi sur l’expérience acquise et relève-toi.

Vis simplement à ta propre mesure.

Bien sûr, il y a cette pression venant du dogme de la réussite

Et puis!

Fais-le calme en toi,

Arrête-toi, apprends

Appuie-toi sur l’expérience acquise et relève-toi.

Vis simplement à ta propre mesure.

Bien sûr, il y a cette souffrance qui depuis longtemps ronge

Et puis!

Fais-le calme en toi,

Arrête-toi, apprends

Appuie-toi sur l’expérience acquise et relève-toi.

Vis simplement à ta propre mesure.

Bien sûr, il y a l’indifférence, le rejet et l’abandon

Et puis!

Fais-le calme en toi,

Arrête-toi, apprends

Appuie-toi sur l’expérience acquise et relève-toi.

Vis simplement à ta propre mesure.

Savoir puiser aux sources de ses propres expériences,

c’est l’entrainement ultime de l’humain.

Ainsi, chaque jour,

nous prenons conscience de notre fragilité,

nous reconnaissons notre vulnérabilité,

tout en étant conscients de notre propre capacité d’agir,

et par cela,

nous avons la possibilité de créer joyeusement

un environnement de sens et d’entraide,

tant pour les autres que pour soi.

Une chanson de Luc De Larochellière – D’état en état

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

Vivre, ce n’est pas seulement réussir

Pas seul

Nos premières tentatives pour séduire une personne que nous désirons sont une période de grand apprentissage. Après l’avoir côtoyée, avoir partagée quelques moments, et, que nous sentons une certaine affinité, la réponse négative qu’elle offre ouvre une nouvelle porte en nous. C’est l’une des premières fois où nous constatons que nous ne ressentons pas tous la même chose, nous ne jugeons pas de la même façon, nous ne vivons pas de la même manière les événements et ce que nous supposons que l’autre pense est parfois faux.

Puis, cette vérité nous met sur la défensive et nous tentons dorénavant de mieux interpréter les autres. Lentement, la crainte s’installe, et nous avançons dans la vie par essais et erreurs, par attentes puis par projections courageuses dans l’action. La peur d’être jugé prend une plus grande importance et la critique devient une blessure au lieu d’une opportunité d’apprentissage. Il arrive alors qu’avant même que l’autre puisse envisager de nous rejeter, nous l’avons déjà fait nous-mêmes.

Comprendre ce mécanisme de notre esprit est une étape cruciale, car nous prenons conscience de l’effet de l’estime de soi sur notre vie. L’un des éveils à soi commence par accepter ce que nous sommes sans faux fuyant, apprécier l’autre malgré la critique, accepter la distance ou même le silence. Cesser de vouloir tout retenir, tout prendre pour tout simplement accueillir est une bonne façon de se redonner une capacité d’agir à partir de notre propre nature. Vivre, ce n’est pas seulement réussir.

Une chanson de ZAZ – Trop sensible

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Hors de contrôle

fils et musique

Essayer de contrôler tous les événements, les choses et les autres. Vous ferez alors l’expérience de la quête de plus de pouvoir pour mieux les contrôler. Des victoires seront acquises et aussi, vous devrez l’admettre des échecs. La difficulté avec la dépendance au pouvoir, c’est cette croyance en sa force additive personnelle. Ce qui vous condamne à connaître l’espoir, la culpabilité, la peur, l’anxiété, le ressentiment, bref, tous ces sentiments qui pourrissent notre vie.

Bien qu’au cœur de chacun de nous nous partageons tous cette vision d’un pouvoir personnel, la forme très insidieuse de sa dépendance nous condamne à vivre dans la souffrance. Et pourtant, prendre conscience que jamais nous ne réussirons totalement à contrôler tous les événements, les choses et les autres nous ramènent à notre juste mesure en tant qu’humain. Nous n’avons pas le réel pouvoir d’assujettir la vie à nos désirs. Mais nous avons la capacité d’explorer la paix et la liberté consécutive à cette acceptation totale de notre condition humaine.

L’acceptation, c’est accueillir avec conscience que cette tendance à prendre et à contrôler est contre nature, voire une illusion. L’acceptation, c’est voir ce que la vie nous a confié, l’apprécier et l’entretenir.

Dans nos vies personnelles tout comme dans nos vies professionnelles, le vrai pouvoir n’est pas dans la capacité de contrôle, mais dans cet art de se réapproprier une capacité d’agir tant au plan individuel que collectif. Une simple voie de liberté, de paix et de créativité.

Une chanson de Radiohead – Karma Police

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Un chemin sans faute

Recueillement

À qui la faute?

Et si ce n’était pas important de trouver un coupable, mais plutôt de comprendre ce qui se passe réellement afin de se réapproprier notre capacité d’agir?

Face aux événements de la vie qui nous dérange, il est courant de rejeter la cause ou la faute sur les autres, la société et même l’univers. Mais, sont-ils vraiment la source la plus profonde de ce que nous vivons?

Le fait de ne pas être bien avec l’événement, de ne pas aimer, voire même de se sentir malheureux est déjà une piste intéressante pour trouver une réponse. Ce senti nous dirige non pas vers l’extérieur, mais bien vers nous. Non pas que je suis le coupable, que c’est de ma faute, mais minimalement j’en suis la source.

En faisant référence à la source, j’essaie d’ouvrir cet espace entre le malaise et la faute. Le malaise nous indique un état à prendre en considération, la faute renvoie à la notion de culpabilité.

Différents facteurs affectent notre façon de vivre, et surtout notre façon de répondre aux événements. Il y a l’état d’esprit, la façon dont nous avons vécu des événements comparables, notre capacité d’ouverture à la nouveauté, notre niveau d’anxiété, etc.

Face à une même situation, il est très fréquent de constater que différentes personnes répondent de façon diverse et même surprenante.

Je dirais que c’est aussi vrai pour nous-mêmes, parfois, nous constatons que ce qui nous dérangeait à une époque maintenant passe mieux, notre réponse aux évènements varie d’une période à l’autre.

La situation à l’extérieur de nous n’est pas la source du problème et de notre réaction, elle est la vie qui se déroule. Puisque notre réponse n’est pas tout le temps la même, ultimement, il n’y a pas de coupable, pas de faute, mais des apprentissages. Certains parlerons de signes que nous envoi la vie, d’autres de karma, ou encore, d’un être humain en balade sur son chemin de vie. L’important ce n’est pas de condamner, de juger, mais de porter une attention à ce que nous vivons, et de prendre conscience que nous avons un réel pouvoir sur nous.

Une chanson interprétée par Okaïdi et Playing For Change – Don’t worry, be happy

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci