Archives du tag ‘développement durable

Qui organise qui?   Leave a comment

 

Le monde s’organise de plus en plus, en sommes-nous conscients? En étudiant l’histoire de l’humanité, en observant ce qui se passe autour de nous aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que notre société est faite d’organisations.

Nous naissons dans une organisation de santé, puis nous grandissons notamment dans des organisations d’éducation, de loisirs, de culture, de sports, religieuse et je vous laisse compléter la liste. Puis, nous travaillons au sein d’organisations, nous achetons nos produits et nos services au sein de différentes organisations. Même à notre mort, il est fort probable qu’une organisation prendra en charge nos dernières volontés.

Il existe dans notre environnement immédiat une grande variété d’infrastructures qui peuvent nous prendre en charge, nous gouverner et même nous occasionner des déboires. L’ère d’Internet augmente de beaucoup cette emprise des organisations. S’en préoccuper, c’est se préoccuper de notre devenir collectif et individuel.

Si la structure d’une organisation repose sur l’ensemble des moyens employés pour diviser le travail entre tâches distinctes et pour ensuite assurer la coordination nécessaire, celles qui s’actualisent réellement sont avant tout animées par un esprit de corps, une vision de leur raison d’être et du devoir qu’ils ont au regard des clients

Elles sont plus que l’application d’une recette, d’une technique. Les organisations sont avant tout un ensemble d’humains, au service des humains.

Nous contribuons à un monde meilleur en nous investissant quotidiennement dans le soutien de ces travailleuses et ces travailleurs afin de donner un sens à leur contribution et, à soutenir ultimement leur créativité.

Un gestionnaire n’est pas un contrôleur, c’est un facilitateur, un coach de développement de la qualité. Tant sur le plan organisationnel, que sur le plan personnel, c’est en développant une vision consciente de notre interdépendance et de notre capacité de créer ensemble un environnement sain.

En ce sens, il est bon de rappeler qu’une contribution humaine plus importante au sein de nos organisations est un facteur déterminant pour le devenir de notre société. Il est bon de ne pas encourager les organisations déshumanisantes. Agir dans nos organisations, puis promouvoir et influencer, c’est agir pour une société durable.

Une chanson de Serge Fiori – Le monde est virutel

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Tant qu’y en aura   Leave a comment

Au début c’est toujours la découverte. C’est souvent la surprise, le coup de cœur. La première mangue, le premier baiser, le premier travail. À l’image du printemps, tout est beau et le meilleur est à venir.

À l’été c’est l’abondance, on peut en profiter tant que nous en voulons. À quoi bon se mettre des limites, c’est bon, c’est merveilleux, il y en a tant et tout va bien! On apprend à faire des recettes avec la mangue, on apprivoise les gestes et les mots accompagnant le baiser, on expérimente les nouvelles opportunités à notre travail.

Lorsque nous commençons à découvrir que tout peut se tarir, l’automne s’installe. On se dit, tant qu’il y en a. On songe à se mettre des limites, mais ce que nous ne prendrons pas sera prix par un autre. Alors, nous consommons plus qu’il ne faut. Puis, nous acceptons des mangues moins fraîches, des baisers moins présents, la présence au travail n’est plus suffisante, il faut occuper la place des autres.

À l’hiver, nous constatons que le connu se fige. Il n’y a presque plus de ce que nous avions chéri le printemps, même notre pauvre tant qu’il y en a ne compte plus, on sait que la ligne a été franchie. Nous faisons le deuil de la mangue, nos baisers sont perdus dans les méandres d’un printemps non renouvelé, le travail est terminé.

Nous pourrions croire que tout est fini, qu’une page est tournée, que nous en avons profité tant qu’il y en a. Et c’est peut-être vrai. Mais, par-delà les quatre saisons, il y a le cycle de la vie.

Il y en aura toujours qui ne voudront pas tourner la page et attendre patiemment le printemps. Ils savent que tout recommencera. Certains diront, tant qu’il y en a, mais la vie est robuste, persévérante, résiliente. On parlera certainement des printemps antérieurs qui étaient plus beaux, mais à quoi bon comparer… quand il y a diversité et renouvellement.

Et il y en aura qui par-delà le cycle, aime la vie telle qu’elle est. Ils ne diront jamais plus tant qu’il y a en a, ils refuseront de déposséder la vie et de prendre inutilement. Ils ne parleront certainement pas d’un passé meilleur, car le temps d’une comparaison et nous avons sacrifié la différence qu’il fallait goûter. Ils ont appris à se libérer du connu et c’est pourquoi ils sont en développement durable.

Une chanson de Richard Séguin – Tant qu’y en a

Les paroles sur http://laboiteauxparoles.com/titre/83551/Tant_qu_y_en_a

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

 

Les déchets   Leave a comment

AVERTISSEMENT : Ne pas jeter cette vidéo sur la voie publique.
Encore une fois, l’équipe de Et tout le monde s’en fout touche juste.  Merci

tps://www.tipeee.com/et-tout-le-mon…

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada
Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada
Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin
Réalisée par Fabrice de Boni
Interprétée par Axel Lattuada

Le coût de la démesure   1 comment

ImAGE Emprisonné

Un jour, et il me semble de moins en moins lointain, nous prendrons conscience que l’argent ne se mange pas.

Nous comprendrons que les arbres que nous avons coupés pour consommer notre vie demandent plus de temps à se renouveler que nous l’envisagions. Au dernier arbre de notre communauté, nous aurons que des souvenirs à emporter.

Imaginez le jour où le fleuve qui alimentait la communauté sera complètement empoisonné, le dernier fruit de la mer emprisonné dans nos filets, que restera-t-il sur nos tables. Que de l’argent et un appétit démesuré.

Tout est accessible dans les marchés, beaucoup de produits à consommer sont à un prix abordable, mais en avons-nous réellement besoin pour réaliser notre vie? Consommer autant d’animaux, de plastique ou de produits toxiques est-il essentiel? Ce que nous achetons est en général une transformation de la matière première de notre environnement.

Faire des choix judicieux et consommer de façon responsable, dans une perspective de développement durable, aujourd’hui ne relève plus seulement de la conscience de notre bien-être, mais relève dorénavant de notre survie.

 

Une chanson de Richard Séguin – Qu’est-ce qu’onleur laisse

Les paroles et les accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Richard-Seguin/Qu-est-ce-qu-on-leur-laisse.php

 

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

L’énergie grise   Leave a comment

Le groupe de la Barbe, ne sont pas de mauvais poils sur ce sujet, il aborde de façon humoristique l’importance de préserver notre environnement et réduire la pollution.

 

Publié 15 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Voyager, l’écho de l’humanité   Leave a comment

Voici un court métrage sur le thème de la perte de notre humanité au profil de la technologie. Les auteurs veulent nous amener à imaginer ce que la vie sur Terre pourrait ressembler à de nombreuses générations à partir de maintenant alors que la technologie devient une partie de nous. Une prise de conscience pour initier un changement pendant qu’il est encore temps.

Le film début avec la sonde spatiale « Voyager », qui a été envoyé dans l’espace par la NASA en 1977. Puis nous nous retrouvons des centaines d’années plus tard. La sonde est revenue sur la Terre. Le monde a changé et la technologie a pris le contrôle de l’humanité.

Pourtant, en 1977, la sonde Voyager Golden Record était destinée à présenter l’humanité à d’autres mondes.

CGI **Award-Winning** Indie Short Film: « Voyager » – by Team Voyager

Nous pouvons inverser le mouvement   Leave a comment

Un modeste paysan burkinabè, Yacouba Sawadogo a démontré que la persévérance est déterminante. Il a arrêté le désert et démontrer que nous pouvons aider la nature à renaître. Un message d’espoir en ces temps ou certains pensent que tout n’est plus jouable.

L’expérience atypique de Sawadogo a fasciné le réalisateur Mark Dodd, qui a produit le film «  L’homme qui a arrêté le désert.

%d blogueurs aiment cette page :