Archives du tag ‘développement durable

L’énergie grise   Leave a comment

Le groupe de la Barbe, ne sont pas de mauvais poils sur ce sujet, il aborde de façon humoristique l’importance de préserver notre environnement et réduire la pollution.

 

Publié 15 septembre 2017 par dandanjean dans Débats à partager

Tag(s) associé(s) : , , ,

Voyager, l’écho de l’humanité   Leave a comment

Voici un court métrage sur le thème de la perte de notre humanité au profil de la technologie. Les auteurs veulent nous amener à imaginer ce que la vie sur Terre pourrait ressembler à de nombreuses générations à partir de maintenant alors que la technologie devient une partie de nous. Une prise de conscience pour initier un changement pendant qu’il est encore temps.

Le film début avec la sonde spatiale « Voyager », qui a été envoyé dans l’espace par la NASA en 1977. Puis nous nous retrouvons des centaines d’années plus tard. La sonde est revenue sur la Terre. Le monde a changé et la technologie a pris le contrôle de l’humanité.

Pourtant, en 1977, la sonde Voyager Golden Record était destinée à présenter l’humanité à d’autres mondes.

CGI **Award-Winning** Indie Short Film: « Voyager » – by Team Voyager

Nous pouvons inverser le mouvement   Leave a comment

Un modeste paysan burkinabè, Yacouba Sawadogo a démontré que la persévérance est déterminante. Il a arrêté le désert et démontrer que nous pouvons aider la nature à renaître. Un message d’espoir en ces temps ou certains pensent que tout n’est plus jouable.

L’expérience atypique de Sawadogo a fasciné le réalisateur Mark Dodd, qui a produit le film «  L’homme qui a arrêté le désert.

Une belle rencontre entre deux humains   Leave a comment

Une courte vidéo permettant de lever le voile sur une retrouvaille entre Mirion Cotillard et Pierre Rabhi et qui a pour but d’éveiller le questionnement de ce que nous faisons de notre monde. Pertinent.

 

Sous développement (vision) durable   Leave a comment

respect_nature

Mon cher ami, j’espère que tu vas bien. J’ai une pensée pour toi ce matin. J’envie votre situation et je sais qu’un jour nous allons pouvoir vivre comme vous.  Malgré tous les biens que nous avons ici dans mon pays, les voitures, les téléphones et tous nos nouveaux moyens pour consommer, nous sommes avant tout un pays sous développer car nous ne maîtrisons pas le développement durable. Nous avons oublié de respecter l’équilibre avec la nature.  Notre richesse ne fait foi de rien. Nous gaspillons de façon importante et même les entreprises privées performantes ont compris que leurs survies passent par l’élimination du gaspillage, que ce soit dans la production, dans l’entreposage et même la livraison. J’ai de l’espoir pour ce pays, malgré nos préjugés et notre ignorance qui nous amène à nous percevoir comme supérieur.  Et oui, il existe encore des personnes qui pensent que vous êtes en retard.  Cette approche de compétition m’indispose, l’important n’est pas d’être plus ou moins, mais de faire le nécessaire pour la survie de notre planète. Heureusement, nous commençons à recycler. Nous avons des objectifs pour réduire ce que nous envoyons aux sites d’enfouissement. Nous avons fait les premiers pas, nous recyclons le plastique, le verre, le métal, etc. Ce n’est qu’un tout petit début. Nous sommes encore loin de ce que vous faites dans votre pays où le compost est un outil quotidien ou les coquille d’œuf sont réutilisées et même marc du café est votre or brun comme jardinier. Je t’écris pour te dire que je travaille pour que notre pays puisse devenir un pays en développement durable…

Une chanson Where Do The Children Play de Cat Stevens

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 9 décembre 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Ce qui est gratuit a de la valeur?   Leave a comment

couche_de_soleil

Nous entendons souvent dire que dans la vie, rien n’est gratuit. Ainsi, nous laissons entendre que ce qui a de la valeur doit se payer. Et si ce n’était pas toujours le cas?  Et si nous pouvions voir quelques nuances?

Tout se paie, affirment les économistes sur le ton de l’évidence. Une bonne partie de notre formation repose sur cette vision économique qui exclut tout désintéressement dans les rapports humains. Selon certains, l’économie de marché idéale, implique que chaque chose a un prix monnayable. C’est la logique du système. L’efficacité économique est ainsi fixée par la loi de l’offre et de la demande. Toute gratuité révèle une défaillance du marché et un problème à régler.

D’ailleurs, certains vous diront que c’est grâce à l’intervention des instances publiques, qui se sont dotées des ressources nécessaires grâce à la taxation et à l’impôt, que des initiatives sont possibles. Bien que cet aspect de la question soit vrai, il faut reconnaître que le développement économique, à mes yeux, ne peut se développer de façon durable sans le développement social.

Il peut arriver que quelque chose d’une grande valeur soit gratuit, je pense à une amitié sincère et authentique, une balade dans un boisé public, un don de sang, un coucher de soleil, une zone libre wi-fi, un refuge, un échange avec une personne d’une grande sagesse. Et, à mes yeux, le marché n’est pas en péril pour autant.

Le prix vient réguler le développement économique, la valeur réelle provient de l’impact social associé.

Il y a toujours un prix que nous pouvons accorder à l’activité humaine, et à qui sait voir, des actions qui transcendent les marchés et qui s’en dégagent par leur valeur ajoutée. C’est la beauté de notre humanité, une personne ayant une vie engagée envers autrui, vivant modestement et avec humilité, peut représenter une valeur inestimable pour le patrimoine communautaire.

Une chanson de Fred Combien – C’est combien

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Plaire et déplaire en même temps   Leave a comment

La nature

Il n’est pas toujours facile d’assumer ses valeurs et ses convictions. Il est souvent d’usage de recevoir le conseil de choisir ses batailles, de faire attention pour ne pas être rejeté, isolé, et que nous pouvons avoir ultimement tort au plan social d’avoir raison, par exemple, dans un dossier au travail.

Il y a des personnes qui n’ont pas ce souci de plaire. Et pour d’autres, c’est tout le contraire. Il peut arriver que le désir d’être aimé à tout prix devienne inévitablement une source d’incohérence entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons et du fait, entraîne une perpétuelle angoisse et remise en question.

Imaginez, avec le désir de plaire à tout prix, le moindre commentaire négatif risque de devenir une source de tourments pendant quelques heures, quelques jours, voire quelques semaines.

Mais alors, la question s’impose, puisque tous ne nous plaisent pas, pourquoi tenter l’impossible et chercher à plaire à tout le monde?

Et si la conséquence pour plaire à tout prix nous amenait à déplaire à notre valeur?

Une approche subversive serait, et ce, le plus souvent possible, de s’accorder le droit de s’apprécier à partir de sa propre valeur au lieu de s’estimer à travers le regard des autres. Un changement de perspective pour un développement durable par sa vraie nature.

Une chanson de Jean-Jacques Goldman – C’est pas vrai

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :