De révolution en évolution

14264199_1651186168529327_2678966355090773384_n

Il est possible de changer l’ordre des choses.  D’une part, il y a la manière rapide, la révolution, qui permet de réformer radicalement le système. Le nouvel ordre établi ayant été greffé rapidement, il connaîtra une phase de vie dont la durée ne sera pas vraiment longue. Ce qui subsistera sera un modèle hybride en mouvement, en changement.

D’autre part, il y a une approche plus lente, mais qui permettra d’enrichir de la racine à la feuille. Cette évolution impliquera un changement de la pensée sur une base individuelle, ce qui impliquera de laisser libre cours à la créativité et à la liberté d’expression. Par la suite, sous l’effet d’un mouvement social, il sera alors possible de réformer l’éducation. Avec la patience et la mobilisation des communautés, la pensée politique en sera ensemencée et permettra des réformes sociales et économiques.

Un peu à l’image de ce que nous consommons et de notre approche au regard de notre alimentation, nous faisons ce moment ce qui mûrira demain.

Au même titre qu’il faut se méfier de la malbouffe, il faut se méfier du discours de ces personnes dont la pensée est parcellaire et réductrice, qui ne voient la vie que sous un seul prisme, que ce soit l’économie, la religion ou le pseudopragmatisme.

Pour que nos communautés puissent évoluer sainement, nous devons défendre et même revendiquer le droit à la réflexion et à l’aptitude de penser en dehors de ce qui est convenu.

Notre monde sera toujours en changement, et même nos meilleures découvertes et nos nouvelles façons de faire seront un jour dépassées. Tout évolue ou tout révolue. Nous avons le choix de subir ou de prendre conscience de notre capacité d’agir.

Une chanson de Léo Ferré – Préface
COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

La liberté

liberte

Nous accordons une grande importance à la forme de liberté qui consiste à pouvoir se mouvoir à l’endroit de notre choix. C’est comme si le fait d’avoir des entraves physiques était la fin de tout. Et pourtant.

Je me souviens d’avoir vu plus jeune un cheval qui ne bougeait plus, car on avait enroulé une corde autour d’un poteau, sans y faire un nœud. Le conditionnement faisait en sorte que le cheval se savait contraint dans ses mouvements et ainsi, il restait sur place.

La liberté est avant tout un état qui nous permet de franchir les limites que nous nous imposons.

En lisant les textes d’Etty Hillesum, du Mahatma Gandhi ou de Nelson Mandela qu’ils ont produit en captivité, nous constatons qu’ils ont été plus libres que nombre d’individus libres…de leurs mouvements seulement.

Vous connaissez tous des auteurs prolifiques tels que Stephen William Hawking qui malgré ses limitations a su comprendre les lois de l’univers ou encore, Alexandre Jollien qui dit que son handicap lui a ouvert la vie.

Pour être libre, il nous faut connaitre nos forces, comprendre les conditionnements et la pression sociale qui s’exercent sur nous et qui ont une part importante d’influence et de contrôle indirect sur nos libres choix.

La liberté implique d’être en phase avec le sens de sa vie. Un seul mot, sens pris dans un contexte, peut entraver une vie dans le cycle des plaisirs et déplaisirs. Le sens, pris dans une autre perspective, ouvre la voie de l’autodétermination.

La liberté est un mélange subtil de résilience, d’empowerment, de conscience et de désir de se relier à l’autre.

Une pièce musicaleTeaser Romances sans Paroles : Anja Linder et Jean-Marc Foltz

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Apaisement

 

Je suis de ceux qui désirent un apaisement dans ce monde, mais je ne suis pas un rêveur. J’espère que nous pourrons vivre une ère de paix. Toutefois, je sais qu’il y aura toujours de la violence, c’est dans la nature de l’humain de vivre parfois avec des pulsions malsaines. Je sais qu’il y aura encore de la souffrance, et une bonne part d’iniquité.

Je ne peux concevoir un monde parfait, ou le bonheur devient une exigence de perfection. Tout est réglé, tout est ajusté. Vous savez, un monde qui deviendrait aseptisé, dont le risque, serait perçu comme un échec potentiel. Vous savez ce genre de monde ou il faut interdire au lieu de développer les consciences.

Je suis de ceux qui préfèrent mobiliser pour nous outiller, notamment, pour faire face, à se lever, pour réagir avec non-violence, et pour susciter l’émergence de coach permettant de nous faire apprécier la différence.

Il est impossible de fuir la maladie, la souffrance, la pauvreté et la mort. Elle sera toujours présente.

Il est toutefois possible d’y faire face, de se tenir debout et sereinement, aider chacun de nous à s’approprier notre propre pouvoir d’agir sur les situations.

Chacune de nos actions singulières au profit des autres apaise, et constitue ces fragments de paix, qui au fil du temps, alimente notre développement collectif.

 

Une pièce musicale de Eric Aron – Sanctus ayant permis de créer cette Symphonie universelle

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le plat du jour

Je suis de ceux qui cuisinent sans recette établie. Je regarde les légumes, parfois j’ajoute de la viande et je laisse aller l’humeur du goût. Je n’ai pas de recettes à proposer, mais j’ai à partager des expériences qui furent intéressantes, des agencements heureux, et des mélanges d’épices divins.

Sur ce blogue, vous ne trouverez pas de recettes prêt-à-porter, des opinions, des expériences, des visions contradictoires, vous allez retrouver les petites perles qui ont allumé des lumières scintillantes en moi. Rien de magique, tout est simplement humain. Pas de clichés, de phrases toutes faites, aucune proposition à l’adhésion à des codes d’une société secrète ou d’une école de pensée.

Je vis, je partage des perceptions, j’ose l’entraide. Je sais qu’il est difficile de faire ses marques soi-même, et j’ai du respect pour ceux qui essaient. J’aimerais aider à susciter des envies de se relever après nos chutes.

Je n’ai pas d’intérêt à expliquer comment le monde fonctionne, comme mieux le comprendre, comment le justifier ou le condamner.

J’aimerais illustrer que la vie est un Présent, un instant à la fois, partager cette capacité d’aimer la vie et les gens qui nous entourent, de partager quelques émerveillements simples et profonds. J’aimerais être de ces personnes qui ont évité de demander de reproduire leur propre vie, mais qui a su éveiller l’amour de soi au profit du sens commun.

J’écris en tentant de nous donner le goût de nous alimenter sainement de nos expériences de vie. J’écris pour susciter des recettes d’éveil au goût, au plaisir, aux épices de la diversité et au partage spirituel. Je ne sais pas faire le plat parfait, je ne suis pas cuisinier, j’aime seulement préparer des repas, et je fais avec amour et attention le plat que je désire te partager.

Une chanson de Stacey Kent – Les Eaux de Mars

Les paroles sur https://genius.com/Stacey-kent-les-eaux-de-mars-lyrics

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Le songe qui parle à Peur

Nos peurs nos choix

Un petit songe s’approcha de l’oreille de l’enfant qui dormait d’un sommeil agité, et il se mit à parler tout doucement à l’oreille, presque un murmure, un léger sifflement. Le songe ne voulait pas réveiller l’enfant.

Sais-tu qui tu es vraiment?

On t’appelle Peur, mais dans les faits, je sais que ce n’est pas ton vrai nom, que tu n’existes que par l’expression d’une faiblesse. Un jour, les humains vont découvrir que ton nom vient de ton créateur, le désespoir.

Tu profites d’un moment de doute, ou l’événement nous fait fermer les yeux à notre issu pour venir t’imposer.

Avec du courage certains te font taire et utilisent ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée. Le courage est un levier puissant, car elle utilise l’énergie consciente.

Face à un événement générant de la peur, la personne qui garde sa conscience, son calme et qui sait que la situation peut être contournée, se projette dans le présent en cherchant l’opportunité, recherche les appuis, puis passe à l’action. On dira qu’elle est courageuse. Toutefois, toi et moi savons que cette personne sait avant tout utiliser ton énergie pour sublimer la difficulté que tu as exploitée.

Toute personne qui aura compris que tu t’installes dans sa vie parce que tu as fait germer l’impatience, tu as endormi la quiétude, tu as semé l’inquiétude tout en incitant l’esprit à se refermer au lieu d’agir en présence, cette personne pourra se redonner sa capacité d’agir.

Un jour, chère amie Peur, tu verras que d’autres humains se rappelleront ce que je leur raconte à leur éveil.

Une chanson de Daran – Pas peur

Les paroles et les accords sont sur  https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daran/Pas-peur.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

Nos transformations urbaines

Ville_de_Quebec

Après quelques années de travail en région, revenu à ma ville natale, je me suis senti comme un étranger, un apatride. À mes yeux cette ville était belle différemment. Pourtant c’était la même, les mêmes noms de rues, les mêmes arbres, les mêmes bâtiments et maisons. Bien sûr, des commerces étaient disparus et d’autres avaient repris leurs places, mais il y avait un quelque chose de différent. Je me suis promené dans les rues, je reconnaissais peu de visages. Lors d’un échange avec un passant, il m’a expliqué que mon sentiment était normal, car la ville à ses yeux changeait beaucoup depuis quelques années.

Mais quelque chose en moi me faisait penser qu’une ville ne change pas, elle évolue, car elle est habitée. J’avais l’intuition d’une perspective différente.

Ce sont les gens qui lui donnent une âme, une vie. Des familles s’installent dans un quartier. Ils cohabitent et vivent ensemble, créent un espace de vie, et une génération d’adultes et d’enfants occupent le territoire.

Puis, après une ou deux décennies, le visage de la ville porte un nouveau regard. Des enfants sont partis, parfois pour étudier ailleurs, pour travailler, pour voyager autour du monde, pour se marier. Des adultes ont déménagé dans des habitations plus petites en fonction de leurs nouvelles réalités. Certains sont décédés, ou ont refait leurs vies ailleurs. Et, au fil du temps, les familles s’étalent différemment dans la ville et l’âme d’un quartier abrite de nouvelles histoires familiales. Des nouveaux arrivants, de nouveaux commerces, de nouveaux endroits fétiches reconfigurent le quartier au rythme des désirs d’appartenance.

Une ville ne change pas, elle se transforme par mouvements humains.

Une belle ville se reconnaît avant tout par la richesse de la contribution de ses humains, par leur capacité à s’engager dans un devenir collectif inclusif. Puis, elle se reconnaît aussi par l’expression de sa joie d’y habiter illustré notamment par les créations architecturales, ses espaces habités de spectacles de toutes sortes.

Croire que nous pouvons développer une ville sans commencer à investir dans le potentiel humain n’a pas de sens.

Après tout, chaque lieu d’une ville sera visité, vécu ou habité par un ou des humains qui par choix tente d’y trouver un ailleurs meilleur.

En l’an 2000, en revenant à ma ville natale, après un exode de 17 ans, je me suis senti comme un étranger, un apatride. Et tout doucement, 17 ans plus tard, j’y suis heureux, comme citoyen du monde.

Une chanson de Luc De Larochellière – D’état en état

Les paroles et les accords sont sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Luc-De-Larochelliere/D-etat-en-etat.php

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

 

La réussite!

 

Visage eau

Il y a beaucoup de belles histoires de réussite qui débutent par, il est parti de rien, mais il avait su une vision et surtout il a persévéré, puis il a su saisir les opportunités et il a foncé.

Beaucoup de ces récits illustrent que la réussite ne peut pas s’épanouir dans notre quotidien à partir d’une vision fataliste de la vie. Elle ne peut pas s’épanouir par des choix axés sur l’attente, la consommation excessive et les activités occupationnelles.

Les personnes qui ont réalisé leurs rêves, leurs projets tant au plan personnel, professionnel ou social, ont beaucoup plus qu’un talent, ils ont la volonté, l’engagement et le travail nécessaire pour se dépasser.

Il ne faut pas confondre patience et attente.

Il ne faut pas confondre vouloir et espérer.

Il ne faut pas confondre s’engager et s’occuper.

La réussite est une autre façon de nommer que nous mettons fin au désordre. Et c’est cette avenue du sens non pas unique, mais multidirectionnel qui permet de se réaliser et amène la joie et la paix de l’esprit.

Nous avons tous la capacité de se réaliser maintenant, même si nous partons de rien.

Toutes les personnes qui ont su se développer par un entraînement régulier vous le diront, nous avons la capacité de nous réaliser à notre mesure.

Une chanson de Zaz – Ton Rêve

Qu’est-ce que t’en dis
si on changeait tout lundi
on aura alors l’effort
de ne plus vivre dans l’envie
Et si ce qu’on dit
ne veut plus rien dire jeudi
on aura encore le corps
pour recommencer samedi

refrain

Tu trouveras
de quoi baisser les bras
par accord au décor
Tu te lèveras et verras
sans rien dire
ton rêve en ligne de mire
Tu avanceras vers l’or
dessinant ton avenir

Déleste les gens qui
contestent tes choix aujourd’hui
allège ton avenir
défais-toi de ces dires
Abrège leurs envies
de venir polluer ton harmonie
et trouve le réconfort
sur un chemin assaini

refrain

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.