Hommage à Guy Corneau   5 comments

Il vient de nous quitter, il reste beaucoup de beaux présents de cet homme important.  En voici l’un d’eux.

 

66684_guy-corneau

Cela me conduit à préciser qu’il est très important de ne pas confondre bien-être et bonheur. Le bien-être résulte de la satisfaction des besoins. Pourtant, on peut se poser la question suivante : s’agit-il véritablement d’une satisfaction ou plutôt d’une absence d’insatisfaction ? Par exemple : vous rencontrez un homme ou une femme qui se révèle être une véritable bombe sexuelle. Tous vos besoins de sensualité s’en trouvent comblés et vous pensez avoir atteint le septième ciel. Combien de temps croyez-vous qu’un tel paradis saura vous rassasier sans vous lasser ? Vous venez d’acheter la voiture de vos rêves… Combien de temps durera la lune de miel ?

En fait, la satisfaction des besoins n’entraîne pas le bonheur, mais plutôt un bien-être qu’il faudrait interroger : es-tu bonheur véritable ou éloignement temporaire du malheur ?

Si l’on s’attache trop à nos bien-être passagers, ils risquent de nous garder prisonniers de nos personnages et d’empêcher la satisfaction des grands élans qui, eux, sont porteurs de bonheur. C’est d’ailleurs un point qui apparaît dans la lettre mentionnée plus haut. Son auteur nous dit en clair que, lorsqu’elle est dans un processus de créativité, elle ne voit plus le temps passer, qu’elle se sent remplie. Elle ne souffre pas alors de son vide habituel. Elle est nourrie par la vibration créatrice.

Les grands élans favorisent le bonheur parce qu’ils sont porteurs de représentations qui donnent du sens et qui permettent de tolérer l’angoisse, les difficultés et même la non-satisfaction de certains besoins. Même la frustration de besoins fondamentaux comme la nourriture ou le gîte peuvent être transcendés, Nombreux sont ceux qui ont su sacrifier la satisfaction immédiate de leurs besoins pour s’inscrire dans la poursuite du sublime. Qu’il s’agisse d’artistes, de pacifistes ou de mystiques, la quête de l’idéal permet souvent d’atteindre le bonheur là où la satisfaction des besoins ne le peut pas. Mieux, la poursuite de cet idéal permet l’expérience de joies très intenses qui transforment l’être au mépris de la satisfaction de certains besoins, et même dans la privation de certaines satisfactions,

L’exemple de Bernard Voyer parlant de l’Everest me revient à l’esprit à nouveau. Que de privations endurées et de frustrations ressenties pour quelques minutes à peine de joie sur le toit du monde ! Pourtant, cette joie est la marque d’un triomphe, non seulement sur une montagne, mais sur la tyrannie des besoins personnels. Citons d’autres exemples : Mère Teresa en Inde, l’abbé Pierre en France, ou Nelson Mandela en Afrique du Sud.

Tirée de Victime des autres, bourreau de soi-même de Guy Corneau

Lisa Angell chante Un peu plus haut, un peu plus loin

Publié 6 janvier 2017 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , ,

5 réponses à “Hommage à Guy Corneau

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Ce livre Victime des autres… a vraiment changé ma vie, merci pour ce bel hommage

    J'aime

  2. je ne me sus jamais lassée de le lire et je me retrouve très souvent dans ses lignes. Il nous laisse un grand héritage.

    J'aime

  3. Très bien dit…c’est à quoi je crois fortement

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :