Sous le charme   Leave a comment

Visage couleur

Le charme se nourrit des miroirs et des reflets perdus dans les jeux d’ombre et de lumière. Cela explique en partie que nous sommes attirés par ce qui a du charme à nos yeux.

Le charme peut avoir, autant une connotation magique, qu’une connotation de grâce séduisante. Les êtres sensuels se sentiront attirés par cette attraction irrésistible de la magie de leurs désirs, cette forme d’attrait pour la surface organique exposée par l’autre à partir de leurs propres pulsions.

Par contre, pour les sentis mentaux, il faut nettement plus que l’enveloppe charnelle pour conquérir le cœur.

Force est de constater qu’il nous en faut du temps pour intégrer que le charme irrésistible des possibles que nous n’avons jamais eues n’existe pas.

Il y a quelque chose de fantastique dans cette pensée que nous les humains avons besoin d’autre chose de plus grand que nous pour vivre.

Reposer sa vie sous le joug du charme équivaut à la soumettre à l’étreinte sanglante de l’attente et du temps. Nous sommes alors contraints désespérément d’exister en attendant  d’être remarqués ou reconnus, en fait en attendant d’être unique pour l’autre l’instant de notre désir. Et même si durant cette attente nous créons un profil numérique avec des photos, une liste de nos centres d’intérêt, l’éventail des moments partagés, tout cela ne fait qu’illustrer, malgré ces preuves tangibles de notre existence, que l’attente c’est le vide d’avant, c’est la pause sans vie active, c’est l’in culte de l’absence à soi.

Ce qui est embêtant avec le charme, c’est l’apparence du beau désirable. Malheureusement, cela finit par nous faire croire qu’il a toujours été là en attente d’être capté.  Dans les faits, c’est notre place qu’il occupe, une place vide où la peur de la solitude et le désir l’ont précédé.

Vivre le désenvoûtement des désirs et être présent par cœur est une belle façon de redécouvrir le monde et voyager sa vie. Je ne dis pas qu’il faut fuir les désirs, juste reprendre du plaisir à vivre notre nature vraie et non un reflet.

Une chanson de Daniel Bélanger – Ensorcelée

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 4 mai 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :