Conscience du cours de l’histoire   Leave a comment

One

Revisiter notre histoire est une source importante de développement, non pas pour connaître les dates, les noms et les réalisations, mais pour en tirer des leçons.

Ne pas vouloir apprendre l’histoire, c’est s’enfermer dans une représentation du monde fermé.  Nous serons de ceux qui véhiculeront des préjugées comme des conquérants au regard des autochtones ou des minorités de ce monde. Regarder uniquement des éclats verre au sol ne nous permet pas de concevoir ce qu’était le vase avant sa transformation.

Il y a des leçons à tirer de 8 000 ans d’histoire, même si le présent pèse et, décele l’imprévisible.

Par exemple, une caractéristique de la vie culturelle ou spirituelle en apparence mineure (danse, yoga, méditation, etc.) d’un peuple peut émerger à notre ère de communication et devenir un mouvement populaire et insuffler une vie de société différente et apparemment exotique, devenir des choix nouveaux et émergents. C’est l’expression d’une autre forme de domination de ce qui était souvent issu d’une minorité. Le cycle de vie et l’interdépendance nous permettent de revisiter ce qui est porteur de sens au fil des ans.

L’histoire est le recueil de tant de possibilités humaines, alors s’en priver, c’est accepter d’oublier que nous sommes nouveaux à chaque instant, car, l’essence même de la vie, est de se nourrir d’imprévisible. Y puiser sa richesse, c’est rendre le monde meilleur.

Une chanson de Catherine Clara – La craie dans l’encrier

On poursuivait le cours de l’histoire
Sur un cahier quadrillé
Et quand la guerre était terminée
Il était quatre heures et quart
Et l’on tournait les pages
Et puis tout s’effaçait
Comme s’il y avait un peu de craie
Dans l’encrier

Le professeur était très bavard
Vers la fin de la journée
Et quand il s’arrêtait de parler
On se passait de buvard
Plus on tournait les pages
Et plus on oubliait
Comme s’il y avait un peu de craie
Dans l’encrier

On a fermé les cahiers un soir
Sur la guerre inachevée
Et comme si rien ne s’était passé
On a déserté l’histoire
On a sauté les pages
Et tout s’est effacé
Comme s’il y avait un peu de craie
Dans l’encrier

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :