L’utilisation du Yi King

Introduit en Occident avant la Première Guerre mondiales par un missionnaire protestant nommé Richard Wilhelm, le Yi King, aussi appelé « Livre des transformations » (ou des mutations) ou Yi Jing est aujourd’hui relativement connu.

Il est l’un des cinq ou six livres monuments de l’humanité selon Cyril Javary sinologue, fruit d’une réflexion collective de devins et de sages commencée à la fin de l’âge de pierre et qu’il a fallu trente siècles pour polir. C’est la clé de sol de la pensée chinoise, son « discours de la méthode ».

À quoi peut bien servir le Yi-King.

Serge Augier fait un bref exposé sur son utilisation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s