Chacun de nous doit avoir sa clef   2 comments

contemplation

C’était un grand rite qui se passait, un infini retour des choses comme celui des oiseaux et des étoiles ; c’était simple comme la vérité, c’était sans tristesse comme la vérité ; c’était depuis toujours.

*

J’étais au point nul : rien devant, rien derrière. On aurait dit que ce moment-là revenait chaque fois dans ma vie, comme si je devais passer et repasser par le même point, le même, toujours le même, mais chaque fois plus douloureux, plus aigu — on dirait qu’on passe sa vie à tourner autour d’un certain point, et si l’on connaissait vraiment le point, on aurait résolu le problème, tranché le cou du destin.

*

Le but était partout ! À chaque instant, c’était le but, totalement le but, en chaque point de l’espace, chaque seconde du temps, sans un hiatus d’avenir pour espérer, sans une faille de passé pour un regret ; c’était ça et tout le temps ça, parfaitement ça, à chaque seconde — une myriade d’orbites impérissables qui passaient et repassaient par d’éternelles coordonnées, un seul mouvement imprescriptible qui rattachait ce point de douleur, cet éclat de moi, ce tressaillement d’un âge, au passage de l’écureuil et au souffle des moussons, à cette chanson d’enfant sur une petite plage blanche, à d’innombrables chansons, d’infinis points de douleur ou de joie qui se fondaient ensemble, qui ne faisaient plus qu’une seule grande traîne lumineuse, une immense robe de neige tissée d’un millier de fils, et comme une grandiose unique Personne qui se mouvait par d’éternels champs d’azur. C’était la cérémonie des mondes — absolue, sans défaut, pour la seule joie d’elle-même.

*

La vie amène lentement nos rêves comme les oiseaux.

*

Va et regarde chaque chose comme un secret.

*

Peut-être les ombres nous talonnent-elles pour nous obliger à plus de lumière ?

*

Et je me demande si le futur que nous découvrons pas à pas n’est pas un vieux passé : une semence éternelle se déroule. C’était soudain comme les morceaux d’un puzzle qui tombent en place et forment une image complète : des scènes vues ici et là, incohérentes, sans lien, quelquefois même à des années de distance, venaient se rassembler d’un coup et me donnait la clef de l’histoire. Et il me semble bien que chacun de nous doit avoir sa clef.

Satprem dans Par le corps de la terre ou Le Sannyasin

Marin et breton, résistant  arrêté par la Gestapo à l’âge de vingt ans et passe un an et demi en camp de concentration, il est devenu écrivain, chercheur et amant de la vie. Pour lui, L’homme est un être de transition. Décédé en 2007 il laisse une œuvre colossale.

 

Une chanson de Patrick Watson – The Great Escape

Les paroles en français sur https://www.lacoccinelle.net/297328.html

Publié 21 mars 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

2 réponses à “Chacun de nous doit avoir sa clef

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Très très bel écrit.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :