La nuit bengali

L’âme connaît tant de façons d’aimer!

*

La passion grandit en moi, délicieux mélange d’idylle, de sensualité, de camaraderie, de dévotion. Quand je me tiens près d’elle sur le tapis et que nous lisons ensemble, le moindre frôlement me trouble. Je sens qu’elle est troublée aussi. La littérature nous aide à nous dire mille choses. Parfois nous devinons tous les deux que nous nous désirons l’un l’autre.

*

Elle me pria ensuite d’enlever mes sandales et d’approcher mon pied du sien. Je n’oublierai jamais l’émotion du premier contact : ce bonheur compensait toute la jalousie dont j’avais souffert jusqu’à présent.

*

Je sais qu’elle est incroyablement sensuelle tout en restant très pure. Et c’est bien le miracle de la femme indienne.

*

Tout va passer, tout passe, me disais-je, et ce leitmotiv, qui m’apaisa ce jour-là pour la première fois, n’a cessé de m’accompagner depuis lors tout le long de ma vie.

*

Chose curieuse, ce genre de révélation ne me fut jamais donné au cours de mes heures de lucidité, mais au contraire sur le seuil des expériences décisives, pendant les instants rapides où j’avais le sentiment de vivre dans la plénitude de la réalité.

La réflexion à froid ne m’a jamais rien appris du tout.

Mircea Eliade dans La nuit bengali

Mircea Eliade s’inspire d’un grand amour, d’un fait réel pour créer ce roman ou le profane et le sacré s’enflamme.

Une pièce musicale de Harry Manx – Tijuana

Et si faire le vide, c’était aussi faire le plein ?

Etienne Klein est physicien, directeur de recherches au CEA et docteur en philosophie des sciences. Il dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière du CEA (LARSIM) et enseigne la philosophie des sciences à l’école centrale de Paris.

Il partage ses réflexions sur l’idée du vide qui souvent évoque le néant ou le rien. Dès l’instant même où l’on veut penser ce concept, on le transforme, on le substantifie, on lui attribue un corps, une matérialité, que le néant ne saurait posséder sans contredire sa propre définition.

Il pose la question suivant : Mais alors qu’est-ce que le vide? Voici une belle invitation à explorer les perspectives du vide.

Vivre des perles de vie

1493367264

Aujourd’hui, je vous propose un petit exercice personnel. Donc aucun besoin de transmettre votre réponse.

Prenez une grande respiration, fermez les yeux et repassez ce que vous avez fait durant la journée d’hier, d’heure en heure.  Prenez le temps de capter le souvenir de chacune des activités.

Remémorez-vous le temps que vous y avez consacré. Puis, essayer d’identifier les activités qui étaient incontournables, essentielles pour vous?

Y’en a-t-il?

Est-ce surprenant?

Depuis que j’échange avec des personnes sur ce sujet, je ne cesse de m’étonner de l’énergie que nous dépensons comme humain à des activités qui d’une part ne visaient qu’à divertir et d’autre part, à celles imposées par notre rythme de vie.

Tout le monde manque de temps. Tout le monde voudrait pouvoir mieux se développer. Êtes-vous de ces personnes qui lisent, écoutent, méditent ou s’entraînent pour autre chose qu’une forme physique?

Pourtant, les personnes qui sont les plus actives pour leur bien-être et celui des autres trouvent toujours du temps. Elles savent où déguster les perles de temps.

Ce qui me fait rire c’est lorsqu’une personne me dit que l’époque actuelle fait que nous courons à notre mort plus vite qu’avant. On ne perd pas de temps, on n’en sauve pas, il est là, il s’écoule, mais c’est nous qui le perdons ou le sauvons.

Peut-être qu’aujourd’hui vous allez éliminer de votre horaire les activités qui ne sont que des divertissements, des passe-temps, des intermèdes, pour vivre au temps créatif, présent et générateur de perles de vie.

Une chanson de Dave Matthews Band – Everyday

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.