Rue des maléfices : Chronique secrète d’une ville   Leave a comment

France - paris-cafe-1920s-natl-geographic1

Il n’est pas de Paris, il ne sait pas sa ville, celui qui n’a pas fait l’expérience de ses fantômes. Se pétrir de grisaille, faire corps avec l’ombre indécise et fade des angles morts, s’intégrer à la foule moite qui jaillit ou qui suinte, aux mêmes heures, des métros, des gares, des cinémas ou des églises, être aussi bien le frère silencieux et distant du promeneur esseulé, du rêveur à la solitude ombrageuse, de l’illuminé, du mendiant, du pochard même…

*

C’est à la faveur des époques tourmentées que le véritable tempérament d’une cité – à plus forte raison du magma des quelque soixante villages qui constituent Paris – se manifeste.

Depuis treize années, j’ai consigné des notes de tous ordres, historiographiques surtout car tel est mon métier. J’en détache ce qui a trait à une suite d’événements dont je fus le témoin ou le très falot protagoniste. Une sorte de pudeur, de crainte indicible m’empêcha jusqu’à ce jour de venir à bout de cette œuvre.

Jacques Yonnet dans Rue des maléfices : Chronique secrète d’une ville

Une pièce musicale de Micha Accordéon Paris Pont des Arts 28 janvier 2016

Publié 18 septembre 2018 par dandanjean dans Pauses lectures, Voyages et errances

Tag(s) associé(s) : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :