Le quatuor d’Alexandrie, Tome 2 Balthazar

Durrell

Le téléphone est le symbole moderne des communications qui n’ont jamais lieu.
*
Puis [Pursewarden] demanda aux élèves [d’un groupe littéraire] de noter trois choses dans leurs cahiers, qui pourraient leur être utiles plus tard s’ils ne l’oubliaient pas. Les voici :
1- Chacun de nos cinq sens renferme un art.
2- En matière d’art la plus grande discrétion doit être observée.
3- L’artiste doit saisir la moindre miette de vent.
*
Nous vivons, écrit quelque part Pursewarden, des existences fondées sur une sélection de faits imaginaires. Notre sentiment de la réalité est conditionné par notre position dans l’espace et dans le temps, et non par notre personnalité comme nous nous plaisons à le croire. Chaque interprétation de la réalité est donc basée sur une position unique. Deux pas à gauche ou à droite et le tableau tout entier se trouve modifié. » Quelque chose comme cela…
*
Pursewarden un jour, à propos de l’art d’écrire, me dit que la souffrance qui accompagne la création est uniquement due, chez les artistes, à la peur de la folie : « Forcez-vous un peu la main et dites-vous que vous vous fichez éperdument de devenir fou, vous verrez alors que cela viendra plus vite, que vous abattrez une barrière.

Lawrence Durrell dans Le quatuor d’Alexandrie, Tome 2 Balthazar

Une pièce musicale Oriental Dance Studio Alexandria, Tallinn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s