Une vie qui vient en soi

46a2697f

Nous passons beaucoup de temps à acquérir des connaissances, à apprendre comment fonctionne notre vie en société. Dès le jeune âge, nous formons nos esprits. Rapidement des modèles s’imposent. Par exemple, un vrai leader ou un vrai gestionnaire contrôle et décide. La richesse apporte permet de réaliser tous nos rêves. Ou encore, le bonheur va venir d’une vie de couple.

Il est bon de revisiter ces évidences et prendre du recul. Est-ce la seule façon de fonctionner que de retenir l’approche du tout vient d’en haut, où les employés sont des exécutants et la pérennité d’une organisation repose sur le leader?

Il est bon parfois de déstructurer notre pensée pour aller à contre-courant et repositionner la gestion d’une organisation à partir de l’intelligence des employés et de concevoir avant tout le rôle du gestionnaire comme un coach qui sait faire émerger ce qu’il y a de meilleurs auprès de ses collègues.

Au niveau des relations humaines, nous concevons la vie comme une attente de ce qui manque. Attendre le bonheur, attendre le bon partenaire, attendre minutieusement les bons amis et les bons moments à vivre.

Encore là, il est bon de déstructurer notre pensée pour aller à contre-courant. Et si c’était nous qui avions quelque chose à apporter aux autres? Et si vivre pleinement et avec conscience créait un présent qu’il est bon de vivre en soi et que de cette position arrivent les événements, les surprises, les rencontres ou les moments de belles retrouvailles?

Et si au lieu de chercher la vérité, nous prenions le temps de porter une attention particulière à ce que nous faisons réellement afin de mieux décoder?

Tout ce qui nous entoure contribue à notre conditionnement. La mode, la bouffe, la musique, la radio, internet, la publicité, la famille, les amis et même le climat de nos régions. Tout nous conditionne, tout contribue à nous façonner afin que les partitions individuelles s’insèrent dans la composition collective. Chaque note est importante, et pour être autre chose qu’un bruit, elle doit être différente, singulière et complémentaire. La musique du cœur n’est pas prévisible, elle apporte une fraîcheur, une improvisation spontanée qui fait en sorte que les mélodies connues sont des leviers pour en créer de nouvelles.

Se libérer du connu, déstructurer le prévisible pour laisser entrer un souffle d’air frais de vie et d’humanité est une belle exploration.

Cette approche permet de créer des organisations émergentes, des humains innovants et… une vie qui vient en soi.

Une chanson d’Alexandre Poulin – L’écrivain

Les paroles sur https://laboiteauxparoles.com/titre/6305/alexandre-poulin-l-ecrivain

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s