Sous la cape de fatalité

image-amitie

L’auteure d’Harry Potter, Joanne K. Rowling, a su utiliser intelligemment un outil magique, la cape d’invisibilité. Cette cape qui permet, une fois mise sur soi, de disparaître aux yeux des autres. Cela nous permet de vivre en retrait, déphasé, dans un monde parallèle.

Elle s’est probablement inspirée d’un outil que connaissaient bien les alchimistes, la cape de fatalité. Il s’agit de cette cape que nous déposons sur nos épaules dès que quelque chose de difficile apparaît. Elle nous donne l’impression d’être protégés quand tout part en vrille, que c’est perdu d’avance ou que nous ne pouvons plus rien y faire.
Par exemple, nous rencontrons une personne à notre travail ou dans la rue, nous avons des débuts difficiles et nous sommes certains que cela ne va pas changer et que rien ne marchera entre nous.

Il y a même des personnes qui connaissent des débuts de vie difficile en raison de leur milieu familial, de leur environnement social ou de leur état de santé et qui se verront imposer cette cape sur les épaules dès la jeune enfance. Le maintien de cette cape sur les épaules fera en sorte que les relations ultérieures seront teintées d’une crainte faisant émerger des sentiments fatalistes parfois sans raison.

Lorsque des personnes réussissent à faire tomber cette cape de fatalité, elles découvrent que les expériences de la vie, de quelque nature qu’elles soient, ne sont jamais un échec et que parfois la peur engendrée est d’une grande utilité pour mieux s’adapter sereinement aux circonstances. Elles auront réussi, en laissant tomber cette cape, à enlever ce qui nuisait à la présence leur permettant ainsi d’accueillir la vie avec une pleine conscience. Laisser tomber la cape veut souvent dire de se laisser toucher différemment, et directement par notre histoire, nos expériences troublantes, et de relâcher la tension.

La vraie magie de la vie n’est pas de posséder une cape pour ainsi altérer la réalité. La vraie magie de la vie est tapie dans cette capacité à accepter la transformation, le passage de ce qui est inconnu ou difficile, à l’appréciation d’une autre réalité bienveillante ou il y a de l’espace pour la diversité.

Une chanson de Alexandre Poulin – Le temps qu’on tremble

Les paroles sur https://www.paroles.net/alexandre-poulin/paroles-le-temps-qu-on-tremble

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2019 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s