Avant la destination

17850232-vector-illustration-de-concept-de-navigation-avec-boussole-bleue-détaillé-et-plan-de-la-ville

Il s’en souvenait encore. Avant le début de l’aventure, il s’était posé les questions : pourquoi je veux me rendre ailleurs? Pourquoi je veux prendre cette route?

Bien qu’il soit important, lorsque nous voyageons, de faire le point, de tenter de se situer par rapport à son environnement immédiat, il avait toujours ressenti le besoin de maintenir le souvenir de son point de départ.

Il savait que nous devons forcément nous trouver sur un point sur cette terre définie par le croisement d’un degré de latitude et d’un degré de longitude, et qu’en prenant ces quelques temps d’arrêt pour visualiser, il pouvait mieux intégrer la portée de ses improvisations au regard du parcours qu’il ne cessait de modifier à la suite des moments d’émerveillements et d’explorations non prévues.

Il pouvait alors répondre aux questions : où je me trouve en ce moment? J’ai parcouru quelle route depuis la dernière mise au point? À quelle distance suis-je maintenant de mon point de départ? Quelle direction dois-je prendre?

Bien qu’il essayât de se faire une idée sur la distance qu’il lui restait à parcourir pour atteindre le but qu’il s’était fixé, il savait au fond de lui que les projections sont souvent trompeuses, car elles prennent rarement en compte les événements de la vie qui font en sorte que nous dévions, que nous arrêtons pour apprécier, que nous questionnons à nouveau notre façon de parcourir ce chemin, ou que nous projetons de sauter des étapes pour aller plus vite.

Pour un observateur extérieur, cela pourrait ressembler à un rituel inutile.  Mais les voyageurs long cours savent qu’il est primordial de faire régulièrement le point, qu’il n’est pas absurde de se poser les questions toute simple et de base. Il est surprenant de constater que nos certitudes d’hier sont parfois porteuses du doute qui saura nous troubler. La réponse à la question de savoir pourquoi je fais cette chose risque de peu changer, mais la réponse à la question de la pertinence de continuer peut parfois radicalement changer.

Ce n’est pas en regardant une carte et en se positionnant sur celle-ci qui fait la différence, mais bien la capacité à répondre aux questions fondamentales que soulève notre voie.

C’est en prenant conscience régulièrement durant le trajet du sens que nous donnons à nos pas que le but demeure un repère et non la finalité de notre avancée. Les réponses les plus importantes ne proviendront pas du lieu de destination.

 Il se releva de son zafu, pour continuer son voyage quotidien. La méditation, aussi appelée entraînement de l’esprit, était actuellement son plus grand voyage et les enseignements en cours de chemin lui faisaient taire l’urgence d’atteindre une destination.

Une pièce musicale d’Adam Ben Ezra – Can’t stop running

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2020 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s