Archives du tag ‘quotidien

Un geste, une transformation à la fois.   Leave a comment

26328_549903255041508_1784731828_n

Elle se souvenait encore de cette soirée ou elle s’était moquée d’une amie qui disait que le bonheur est important dans la vie.  Elle avait bien ri, en se disant qu’il y avait tellement d’autres priorités.

Plus tard, les choses se sont mises à aller de travers. Elle était mal, rien n’aboutissait et puis ce fut la crise. Elle constata l’échec de sa vie, et le plus dur, fut de se rendre compte que c’était sa représentation du bonheur qui avait forgé son malheur.

Elle prenait la mesure de tout ce qu’elle avait enduré pour être belle. Elle ressentait ses pieds qui lui faisaient mal jusqu’à son dos. Elle sentait la faim la tenailler. Elle prenait la mesure de toutes les relations qu’elle a supportées pour bien paraître alors que maintenant elle était devenue insupportable à elle-même. Elle prenait la mesure de toutes ces fois ou elle s’était mise à courir pour faire plus vite en croyant ainsi améliorer son sort. Elle mesurait tous les liens de dépendances qu’elle a acceptées et qui les maintenaient dans son obscurité.

Elle se disait que maintenant qu’elle mesurait l’effet des liens de ses dépendances, il lui paraissait judicieux de consacrer un peu d’énergie au quotidien pour vivre la joie et le bonheur. Quitte à perdre des relations, à changer d’image et à ne plus se mesurer à l’opinion des autres.

Elle avait appris à la dure qu’il est faux de croire que les situations difficiles lui apporteraient une opportunité de solution pour s’en sortir. C’est tout le contraire, malgré les circonstances souvent incontrôlables, c’est le travail acharné sur elle et sur ce qu’elle voulait réellement vivre qui avait transformé sa vie.

Un geste, une transformation à la fois.

Une chanson de Yoav – One By One

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 29 novembre 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Nourrir l’estomac ou l’être   Leave a comment

Le Graal pour deux

Il est intéressant de prendre conscience que nous sommes faits de ce que nous intégrons dans notre vie, et non de nos rêves ou espoirs.

Le rapport avec la nourriture, comme celui du vêtement parle beaucoup. Il y en a pour qui la vie consiste à manger ce qui tombe sous leurs mains, quitte à manger n’importe quoi, et le fait de préparer un repas, apprendre à bien se nourrir est inutile, car se faire servir sera toujours mieux.

Pour d’autres, la nourriture est une étape importante de la journée et de l’existence humaine. Ils perçoivent les effets d’une saine alimentation, du maintien du niveau d’énergie et parfois même de l’impact au plan environnemental.

De même, il y a des personnes qui ont cette insouciance de se servir sans considérer la part des autres, prêts à laisser les autres à mourir de faim et même à faire la guerre.

D’autres vont toujours laisser une place disponible pour un couvert de plus, ils vont se servir leur juste part et s’assurer que chacun est bien.

Certaines personnes mangent rapidement pour passer à autre chose.

D’autres prennent le temps et utilisent cet instant comme un partage du vécu du jour.

Certains vont manger que les mets nationaux convenus.

D’autres explorer les différents paysages culinaires.

Le rapport avec ce qui nourrit notre être est très instructif. Il nous permet de prendre conscience s’il y a un lien entre ce que nous faisons vraiment, ce que nous disons et ce que nous en pensons.

Allez au marché, regardez ces hommes et ces femmes qui y expriment comme ils savent jouir pleinement de la vie.

Est-ce une tâche ou un événement?

Sont-ils créateurs ou consommateurs?

Sont-ils ouverts avec une prédisposition au partage?

Sont-ils préoccupés par l’empreinte écologique?

Se nourrir vise-t-il à satisfaire l’estomac, ou la personne?

Se nourrir est l’un des gestes quotidiens qui expriment notre niveau d’autonomie et l’attention que l’on porte envers soi et les autres.

 

Une chanson d’Angèle Arsenault – Moi j’mange

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Avant ma retraite   4 comments

ImAGE hajji-zakaria_cooleur_ykbhrwnfdw

La vie commence à 60 ans, alors soit patient! Hier, j’ai été bien surpris d’entendre cela. J’étais bien content pour lui, car il venait tout juste d’avoir 60 ans, lors, je constatais sa renaissance avec sa retraite en co-naissance.

En le quittant, je me suis laissé envahir par les vapeurs de mes ruminations. La retraite devait-elle être une renaissance? Était-elle le début ou l’achèvement de tous les possibles?

À quel âge de la vie faut-il changer de rythme afin de respecter la capacité de son corps et de l’énergie de sa santé?

Il y a si longtemps que j’avais déjà découvert que le temps est si précieux. Ceux qui me connaissent savent que j’ai beaucoup de chantiers en élaboration et que je suis souvent absent.

En écoutant cet homme, je mesurais combien j’étais privilégié. J’ai un travail qui me permet de me réaliser, des implications sociales qui permettent de contribuer à la différence, des projets d’écritures et de lectures qui m’enrichissent.

Toutes ces expériences continuent à susciter un éveil à la vie, à alimenter ma capacité à recréer au quotidien ma vie.

Alors, pourquoi une retraite? Pour me reposer? Pour faire autre chose?

Avant la retraite je veux continuer à vivre l’émoi du spectacle des humains qui s’entraident et qui s’apportent du bien. J’aime les humains, avec leur instinct de vie lorsqu’ils sont jeunes, avec leur sourire, avec leur capacité d’émerveillement. Lorsqu’ils sont adultes et producteurs, ils dispensent leurs énergies et temps pour créer un lieu d’appartenance pour leurs proches et leur famille. Bien sûr, il y a les événements plus tristounets, les déchirures, les conflits, les relations brisées, et puis après. Ces expériences sont des opportunités pour évacuer les attachements de nos ressentiments.

Je veux continuer à vivre l’émoi du spectacle des humains.

 

Une chanson de Daniel Bélanger – Il y a tant à faire

Les paroles et accords sur https://www.boiteachansons.net/Partitions/Daniel-Belanger/Il-y-a-tant-a-faire.php

 – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 27 février 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Faire le plein d’ordinaire   1 comment

 

La vie nous fait passer par de drôles de chemins. Cela fait du bien de s’en rendre compte et d’en rire un peu.

Je me souviens du temps où il était important pour moi de faire ma vie. Ainsi, j’ai fait en sorte d’être heureux tout le temps. J’ai mis beaucoup d’énergie pour être une personne engagée, puis un super parent et un super mari.

Puis, j’ai été confronté à la limite des attentes, des miennes et des autres. Les attentes ne sont pas toujours le reflet de notre nature propre. Et puis, être un super de quoi que ce soit, si ce n’est pas attendu, cela entraîne peu d’effet.

Heureusement avec le temps, j’ai réussi à ajuster certaines choses. Aujourd’hui, je suis encore exigeant et travailleur, mais j’ai besoin d’être plus synchronisé avec ma réalité. Je suis toujours en apprentissage, et serein de ce parcours. Je fais des choses plus amusantes et moins en phase avec ce que l’on attend de moi.

Maintenant, je ne cherche plus à être super, je suis même plus effacé face à certains, non par rejet, mais par respect de ce qu’ils sont et de ce qu’ils attendent de moi. Je ne veux pas changer qui que ce soit, et les conflits basés sur les différences de visions ou de valeurs ne m’intéressent plus.

Je suis maintenant plus joyeux, plein de gratitude, car j’ai laissé tomber tellement de lignes de cette liste des reproches que l’on s’impose.

Chacun de mes choix est une pierre déposée entre les fleurs et les plantes du jardin intérieur que j’entretiens. J’évite ainsi de tout écraser en y marchant.

Je sais maintenant que le quotidien est un présent, que je ne suis pas né pour être parfait, mais pour être une personne qui contribue à notre société à sa façon, par l’entraide.

Une chanson de Daniel Bélanger – Imparfait

Les paroles sont sur https://www.paroles.net/daniel-belanger/paroles-imparfait

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 16 janvier 2018 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Percevoir la joie au quotidien   Leave a comment

ImAGE enfant rire

Parfois, il est bon de se rappeler que même si nous visitons tous les temples de ce monde, ils ne demeureront que des lieux de passages. L’important, c’est d’aller chercher une partie de la flamme d’émerveillement pour en allumer les lanternes de notre quotidien.

Le corps que nous occupons dans ce monde est le temple de notre histoire personnelle, c’est le lieu de culte de notre humanité, de notre nature propre. Il n’en tient qu’à nous qu’il soit sacré ou profane, ce lieu quotidien que nous habitons sera à la dimension de notre vision.

Ceux qui ont pris conscience que la statuette dans un temple a une fonction autre que l’adoration du matériel auront saisi la lumière qui en émane et en alimenteront leur conscience par leurs gestes quotidiens. La joie, c’est cette capacité de prendre conscience du rayon de lumière qui illumine tout objet et d’en saisir la beauté de l’impermanence.

Une pièce musicale – L’hymne à la joie (joué hors d’une salle, dans les rues du quotidien… et puis après l’écoute, une partie de la joie sera en vous).

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 13 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Le voyage à chaque jour   Leave a comment

cropped-cropped-Dark_blue_with_white_bg01-3-300x300

C’est vrai que c’est agréable de se lever le matin et de regarder par la fenêtre en rêvant de partir en voyage, découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles villes, de nouvelles personnes.

Tout semble si bon.

Et cela peut être vrai.

Il est possible de vivre la plénitude en voyage.

C’est possible pour la personne qui se lève le matin et qui sait apprécier le jour qui s’installe et qui sait redécouvrir une autre fois les visages qui l’accompagnent.

C’est possible pour la personne qui redécouvre encore une fois le lieu où il habite et qui sait apprécier les nuances de son propre paysage.

Les plus beaux voyages ont comme lieu d’embarquement l’émerveillement du cœur.

 

Une chanson de Daniel Lavoie – Je voudrais voir New York

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Conte de l’origine de la lumière   Leave a comment

ImAGE main allumée

Il était assis dans le salon. Tout se déroulait normalement comme tous les soirs.  Puis, rien. Voici en ses propres mots, ce qu’il m’a raconté.

Tiens, tout à coup il fait noir.

J’entends des voix sur le palier du haut, l’électricité vient de manquer, je réalise que nous sommes en panne de courant.

Je ne vois rien ou presque, ce soir il n’y a pas de lune.

Je ne peux plus continuer à faire ce que je fais à cette heure de la journée.

C’est la parenthèse qui s’installe et je ne peux rien y faire.

Puis, j’être de moi.

Puis je ne fais rien, mais je commence à voir dans la noirceur.

C’est l’éveil, l’éveil du sens, du sens qui me permet de m’adapter.

Le temps file tout comme l’espace, il y a moi d’être là sans faire.

Il y a ce calme qui s’installe, j’entends bien des pas en haut, mais cela n’a pas d’importance.

Il est fascinant que même si je ne suis pas au courant je sois toujours connecté.

Je vis sans voir mon corps, sans voir ma tête, dans la noirceur, et pourtant tout est si clair si net.

Je sens que j’ai franchi la parenthèse, je fais plus qu’attendre le retour de mon quotidien

Je suis en train de faire l’expérience de moi autrement.

Il n’y a pas d’incident, mais un événement, une vie à accueillir pleinement.

Je sais maintenant l’origine de la lumière.

Une chanson de Santana et Everlast – Put Your Lights On

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :