Matthieu Ricard et les chemins spirituels

Bouddha vert

Le nombre des êtres est aussi infini que l’espace, de même que le nombre de vies que nous avons vécues. Il s’ensuit que nous avons établi, au cours de ces existences, toutes sortes de liens avec chacun des êtres. Tous, en particulier, ont dû être notre mère au moins une fois. Or chacun de ces êtres, même le plus minuscule des insectes, essaie d’être libre et heureux, et aucun ne veut souffrir.

Malheureusement, la majorité d’entre eux ne savent pas que le bonheur résulte des actes positifs. Et la souffrance, des actes négatifs. Aussi, dans leurs efforts pour trouver le bonheur, les êtres passent-ils leur temps à commettre des actes nuisibles qui leur créent toujours davantage de souffrances, c’est-à-dire le contraire même de ce qu’ils désirent. En y pensant, on ne peut que ressentir une grande compassion.

En termes pratiques, que peut-on faire pour les aider ? Le simple fait d’éprouver, pour eux, de la compassion ne suffit pas. En revanche, vous disposez d’une existence humaine dotée des conditions favorables à la pratique spirituelle.

Vous avez, en particulier, l’immense fortune d’avoir rencontré le suprême Dharma et commencé à le pratiquer. Vous avez aussi rencontré un maître spirituel authentique qui vous guide et vous recevez de lui, des enseignements qui peuvent vous permettre d’atteindre la bouddhéité dans cette vie même.

Pour tirer pleinement parti de cette précieuse aubaine, il ne vous suffira pas d’écouter ces enseignements, il vous faudra aussi les pratiquer. C’est ainsi que vous pourrez traduire en actes votre sentiment de la compassion jusqu’à ce que vous soyez un jour capable de conduire tous les êtres à l’Éveil.

Pour l’heure, aussi fort que soit votre désir de secourir les autres, comme vous n’en êtes qu’au début de la voie, vous n’êtes pas encore capable de leur être vraiment utile. Pour acquérir cette capacité, votre premier pas doit être de vous améliorer vous-même en entraînant votre esprit et en le transformant […]. »

Matthieu Ricard dans Chemins spirituels

Une pièce musicale de Ana Alcaide: LUNA SEFARDITA en Samarkanda

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s