Pour la joie de ne rien être

26328_549903255041508_1784731828_n

Quittez toute voie spirituelle. Restez chez vous. Jetez vos tofus et votre prétention à la paix par l’alimentation, le yoga ou le taï-chi-chuan. Regardez. Ressentez. Regardez combien vous vous enfuyez de la réalité quotidienne. Pas de recette, d’exercice, d’attitude à observer. Être lucide. Sentez la peine, la tristesse, la peur. C’est Dieu en activité. C’est votre chance.

Quand vous ne prétendez plus que les choses devraient être autrement, mais que vous vous donnez à ce qui est dans l’instant, tout est possible.

*

Ce qui empêche de vivre, ce n’est pas l’événement qui s’est passé quand on avait huit ans, c’est les cinquante ans d’imaginaire, de critique, de refus, de jugement, de culpabilité.

*

C’est uniquement quand on est ouvert aux émotions fondamentales que la pensée peut être porteuse d’émotion, de Lumière et de Beauté.

Un homme sensé, c’est quelqu’un qui vit en harmonie avec ses émotions : il connaît ses peurs, ses anxiétés, ses jalousies, ses culpabilités, et il est complètement en accord avec elles. Quand quelqu’un s’ouvre à ses émotions, celles-ci quittent leurs prolongations pathologiques, elles deviennent poétiques. Au lieu d’avoir peur de sa peur, on écrira sur la peur, on peindra sur la peur, on fera de la musique sur la peur. Comme on le dit en Orient, la compréhension c’est d’être compréhension ; rien n’est compris, personne ne comprend. Être compréhension n’est pas lié à la pensée, c’est une émotion fondamentale.

Tout ce qu’il y a de très profond dans la vie naît d’une émotion.

*

Dans le silence, la joie, la paix, se trouve l’approfondissement de la perception. La perception c’est un pôle direct sur le silence. C’est un art.

Apprendre à ressentir sans conceptualiser, sans préférer, sans juger; uniquement ouverture sensorielle.

Quand vous écoutez la vie, il n’y a que la paix, mais quand vous pensez, vous jugez, vous refusez, il n’y a que violence. La paix profonde vient de cette totale ouverture à la sensorialité.

Éric Baret dans Le sacre du dragon vert : Pour la joie de ne rien être

Une pièce musicale The Rains of Castamere

2 réflexions sur “Pour la joie de ne rien être

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s