Han Shan

Han Shan vécut en Chine aux alentours du VII-VIII siècle après J.-C. Après une courte vie familiale, il voyage beaucoup, et finalement se retire sur une montagne du T’ien t’ai, Han Shan, la Montagne Froide. D’où son nom. Le T’ien t’ai, la Terrasse du Ciel, est une chaîne de montagnes, au sud de la baie de Hangchow, à la pointe est de la Chine, proche des côtes de la mer de Chine. Sur les versants du T’ien t’ai, beaucoup de canneliers, superbes et réputés, vénérés comme symboles d’immortalité. Dans ce paysage sauvage sont nichés de nombreux monastères, bouddhistes et taoïstes.

Ce que l’on sait de Han Shan provient des poèmes qu’il a inscrits sur les arbres, les rochers, les murs

Han Shan, 108 POÈMES (Extraits)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s