Espérance du ciel

Depuis la nuit des temps, l’humain est fasciné par le ciel et il y trouve par le jeu des myriades d’astres scintillant dans la nuit de différentes interprétations célestes.

Ainsi, chaque culture a interprété ce ciel en attribuant à différentes myriades d’astres des dieux ou des monstres. Puis, par un récit mythique de la création du monde, ils ont cherché à expliquer les régularités célestes et à y discerner des signes annonciateurs d’événements terrestres.

Là où aujourd’hui il nous est possible de voir avec un télescope d’énormes bulles de gaz brûlant, les Inuits percevaient des lacs brillant dans l’herbe. La forme de ce que nous appelons aujourd’hui la Grande Ourse était nommée les Sept Chasseurs pour les Cherokees, le Putois à longue queue pour les Sioux ou les Sept Bœufs pour les Romains.

Le ciel est devenu le lieu des dieux, le point de destination d’une vie pour rejoindre l’éternel. Les peuples se sont raconté le ciel, chacun projetant conceptions du monde et croyances différentes. L’espérance du ciel s’enracinait dans les vies et était le gardien de notre salut.

Du nord au sud, de l’ouest à l’est, les peuples se sont par la suite servi des étoiles afin de concevoir et d’appuyer les différentes formes d’arts divinatoires ou encore permettre de guider les navires et les caravanes vers la bonne destination. Ainsi, les espérances du ciel permettaient de donner un sens sur la Terre.

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, nos moyens d’investigation se sont perfectionnés et nous permettent de découvrir de nouveaux objets, telles les naines brunes, les amas de galaxies ou les trous noirs et de repousser les limites de la voûte céleste.

Maintenant, l’humain ne se contente plus que l’espérance du ciel soit une voie de salut, il recherche l’expérience directe, la possibilité de s’en approcher par un engin. Il recherche la notoriété d’être de ceux qui ont côtoyé l’espace des dieux.

Avec l’invention des satellites artificiels, des navettes spatiales et des stations orbitales, l’humain est parti à la conquête des limites de l’espace afin de, peut-être un jour, repousser son espérance de vie, trouver une nouvelle planète d’accueil afin de réaliser son salut.

Une pièce musicale de 2001: A Space Odyssey • Main Theme/Also Sprach Zarathustra • Richard Strauss

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2022 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s