Nagarjuna

Il faudrait, à ce point, expliquer les deux formes de négation, mais cela a déjà été développé ailleurs. En bref, un négatif non affirmatif est la négation par la pensée de l’objet à réfuter sans que soit suggéré un autre phénomène positif; par exemple : absence de nature propre. Un négatif affirmatif est une négation impliquant l’existence d’un autre phénomène positif; par exemple, lorsqu’il est dit: « Le gros Devadatta ne mange pas durant la journée », la phrase impliquant qu’il se nourrit une fois la nuit venue, en raison de son embonpoint !

Ici, les quatre négations des quatre formes de production (par soi, par un autre, par soi et par un autre, ni par soi ni par un autre) sont des négatifs non affirmatifs, et l’absence de nature propre de la pousse (végétale) en est également un: la connaissance dialectique qui établit l’absence de nature propre n’établit ni directement ni indirectement l’existence de cette absence de nature propre. Pourtant, sans dépendre d’autres moyens de connaissances indirects, cette conscience de raisonnement est à même d’engendrer l’intelligence qui s’oppose directement au mode d’appréhension et à la surimposition qui entretient le doute que l’absence de nature propre de la pousse équivaut à son inexistence. C’est un point très important que l’on n’exposera pas présentement. Qu’il suffise de savoir qu’au moment de pratiquer la vue, le danger est grand de considérer ce négatif non affirmatif, l’absence de nature propre, comme un négatif affirmatif.

Nagarjuna dans Traité du milieu

Une pièce musicale de Tibetan Sacred Temple Music

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s