Oasis interdites

La fraîcheur saisissante de l’observation, une langue extrêmement précise, enfin une philosophie du voyage qui permet à l’auteur de vivre son aventure sans trop vouloir la gouverner, remplacent avec avantage la « prétention de faire une œuvre littéraire » et me confirment dans l’idée qu’on a souvent plus de profit à lire les voyageurs qui écrivent que les écrivains qui voyagent. Nicolas Bouvier dans la préface.

*

Je suis toute à la curiosité de cet avenir incertain, au sentiment d’être délivrée désormais des obstacles des hommes ; toute à la joie de sentir que chaque jour, maintenant, sera neuf, et qu’aucun ne se présentera deux fois ; toute à mon application de n’observer plus qu’une seule règle : celle de marcher droit devant moi.

*

La chance nous aidant, nous avons réussi. Et la réussite de cette traversée restera sans rivale dans mon expérience. En effet, l’Asie est unique, et pour moi qui aime surtout les vieux pays primitifs, il n’y a pas de continent qui lui soit comparable. Le bonheur le voilà : cette ivresse que crée un instant d’équilibre entre un passé qui nous satisfait et un avenir immédiat riche de promesses. Il y a un accueil que je prévois incomparable dans une maison amie, un mois de grandes vacances à passer dans l’Himalaya — et pas encore de soucis. Un fou rire de gamine s’empare de moi tandis que je bourre les côtes de Peter de coups de coude, incapable d’exprimer autrement la joie qui bouillonne en moi.

*

Il ne faut rien prévoir de rationnel en Chine où le proverbe dit : Monsieur Peut-être a épousé Madame Doucement et leur fils s’appelle Ça Ira !

*

En janvier 1935, Ella Maillart quitte Pékin en direction de l’intérieur avec son compagnon Peter Fleming, correspondant du Times… Il s’agit de traverser la Chine d’est en ouest, d’atteindre les oasis interdites du Sinkiang, berceau voici mille ans d’une vieille culture d’origine arménienne, et de là de gagner le Cachemire, sur l’autre versant du monde, par les cols muletiers du Pamir et du Karakoram.

Clandestinement, car le Turkestan chinois, dont la population est en majorité musulmane, est en plein soulèvement…

*

Ella Maillart est une des voyageuses les plus étonnantes du 20e siècle. Exploratrice par quête de vérité, photographe par goût, écrivain et journaliste par nécessité, Ella Maillart, célèbre pour ses multiples exploits sportifs, ses voyages et ses livres, va parcourir les régions les plus reculées de la planète dans des conditions qui relevaient de la plus pure aventure.

Ella Maillart dans Oasis interdites : De Pékin au Cachemire, une femme à travers l’Asie centrale en 1935

Une pièce musicale de Marcello De Francisci, Mei-lan Maurits, Ali Pervez Mehdi, & James Gibson – Cradle for the Sacred

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s