Archives du tag ‘créer sa vie

Art   Leave a comment

ImAGE soleil nombres

Lorsque j’ai rencontré Art pour la première fois, je n’avais aucune idée de sa profondeur. Ce fut une grande découverte.

Art m’a permis de m’épanouir, il m’a fait découvrir un potentiel que je ne soupçonnais même pas.

Art disait à qui voulait l’entendre que pour nous réaliser, nous devons nous insérer dans un cadre.

Par exemple, pour créer une pièce musicale qui saura voyager dans ce monde, il nous faut avant tout nous insérer dans le cadre de sept notes et d’une portée.

Pour créer une peinture qui contribuera à prolonger l’espace, il nous faut un cadre, une toile ou une surface délimitée et les couleurs primaires.

La sculpture va naître de la limite de la matière qui sera taillée et de nos mains.

Art m’a fait comprendre l’importance de la limitation pour s’élancer vers l’infini. Une personne libérée a compris l’effet catalyseur des restrictions.

Art disait qu’il était né à partir de quelques cellules, et depuis la création se poursuivait encore et encore.

Art tout en riant aimait dire que c’est dans les limites de notre corps que notre conscience peut atteindre l’immensité et la diversité. Chacune de nos inspirations entraîne l’expiration de ce qui était enfermé.

C’est tout un Art.

Une chanson de Mariee Sioux et Bonnie Prince Billy – Loveskulls

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

Publié 10 juillet 2018 par dandanjean dans Contes, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , , ,

Qui est responsable de nos absences?   Leave a comment

voyage

Tu auras beau faire le tour du monde et voir toutes ses merveilles dans les contrées les plus reculées, si tu ne sais pas créer de la vie, ton quotidien te semblera terne et morose.

Vas-y, va faire le tour du monde.  Essai! Et même si tu prenais toutes les boissons du plaisir sur ta route, un jour, il te faudra te soumettre à l’évidence, la vie n’est pas coupable de ton absence, de tes déplaisirs.

Tu es le seul responsable de ton existence.

Apprendre à se supporter, à se voir tels que nous sommes, à s’accepter est nécessaire avant de relever nos manches pour être l’acteur de notre vie. Faire les mêmes étapes dans l’ordre contraire n’entrainera que de l’agitation.

Le monde tel que nous le voyons est le fruit de notre représentation, de la capacité de percevoir par notre corps et notre esprit. Celui qui entraîne son coeur et son esprit à créer son propre chemin de vie verra un monde inexploré libéré du connu.

Une chanson de Serge Gainsbourg interprétée par Zaz – La lessive

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Et si parfois le bonheur dérangeait?   Leave a comment

P1070798

Vous est-il déjà arrivé d’exprimer votre bonheur, de dire que la vie est belle et d’avoir un proche qui vous interpelle en disant que la vie est injuste? Par exemple, elle peut vous exprimer qu’elle est en train de vivre quelque chose de difficile et qu’elle est triste. En fait, elle vous renvoie le message que parfois la vie est dure.

Et vous êtes perplexe.

Oui, d’une part, vous comprenez cette souffrance, et ce besoin de la partager.

Oui, d’autre part, vous comprenez que vous dérangez avec l’expression de votre bonheur, suscitant cet arrière goût d’excuse d’être si bien!

Oui, trop souvent vous avez déjà vécu cette situation, et vous savez que tout passe, plus vite que l’état d’esprit dans lequel nous nous emprisonnons.

Prendre au lieu de vivre la vie, c’est vouloir posséder ces enfants, vouloir qu’ils nous aiment, qu’ils nous parlent régulièrement, qu’il partage notre vie, nos valeurs, nos croyances et se posséder mutuellement. Pourtant, c’est normal quand il y a de grandes différences de ne pas se rejoindre.

Prendre au lieu de vivre la vie, c’est refuser d’être triste, c’est refuser de souffrir, c’est refuser de comprendre, et laisser les chaînes de notre esprit nous maintenir au mur de nos peurs et de notre ignorance.

Vivre, c’est autant exprimer sa tristesse que sa joie, c’est chanter, c’est chuchoter, c’est s’ouvrir, c’est encore apprendre, bref, créer sa propre vie.

Nous sommes en paix quand nous laissons vivre les autres, et qu’il y a une communication signifiante avec les proches et non une communication par attachement. Je parle de communiquer avec des personnes qui ont le désir d’échanger et non parler pour maintenir les liens.

Il y aura toujours une personne autour de nous qui souffre, une personne malheureuse, et même parfois, ce sera notre tour. En saisir les encrages des chaînes et ne pas juger n’est pas toujours facile.

C’est lorsque le bonheur dérange que nous mesurons l’importance de la compassion et de l’attention. Nous avons ce pouvoir d’accompagner les proches vers un état plus paisible et créatif.

Je fais le souhait que vous soyez des plus heureux.

Une chanson de Christophe Maé – Il est où le bonheur

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

 

 

Publié 3 juillet 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Interpréter les espaces et silences   Leave a comment

11705186_840252799393849_5907580528302380460_n

Une personne qui vit dans l’ignorance peut être un grand érudit, il peut avoir emmagasiné un grand nombre de connaissances et être capable de faire l’étalage d’une vaste culture.   La personne qui est ignorante ne se connaît pas elle-même et tout son savoir n’est pas habité d’une conscience réelle.

C’est toute la différence entre la personne qui sait lire toutes les notes d’une partition et qui ne sait pas jouer cette musique.  Le musicien saura interpréter les espaces, les silences pour en laisser jaillir les notes.

Une chanson des Beatles interprétée par Sheryl Crow – Mother Nature’s Son

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Folie en deux, quatre, six ….   Leave a comment

ImAGE regards d'enfants

Le regard parcourant la pièce, il savait que cela était imminent. Une autre aventure allait bientôt surgir, voir encore, beaucoup d’autres aventures insoupçonnées ou ses capacités seraient mises à profit, ou il devrait se plonger pleinement dans ce qui se trame.

Il le savait que trop viscéralement, d’autres aventures étaient imminentes.

Ses repas étaient réglés d’après une loi temporelle imposée par quelqu’un d’autre, mais ce n’était pas grave, il pourrait se rattraper dans quelques minutes et réaliser ses projets.

Il prit une dernière bouchée de céréales, regarda par la fenêtre pour apprécier le temps qu’il faisait, il pouvait déjà sentir son cœur s’élancer pour aller dehors, rejoindre ses amis et continuer à découvrir le monde.

C’était encore une jeune personne, il n’avait pas encore 100 ans, il pouvait vivre.

J’aime ces matins avant de partir….

Une chanson de Daniel Bélanger avec Pierre Lapointe –  »La folie en quatre » à deux

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

%d blogueurs aiment cette page :