Archives du tag ‘frontières

Repartir   Leave a comment

 

ImAGE soleil

Il arrive parfois, lorsque voyageons avec notre itinéraire bien chargé que soudain, une inspiration nous fait décrocher, et elle nous emporte et nous pousse à repartir autrement vers cet espace d’humanité où aucune frontière, aucune stigmatisation humaine, n’ont de sens.

Ces instants d’imprévus, et de découvertes insoupçonnées, aident à nous réconcilier avec l’esprit premier du voyageur, qui vise non pas à parcourir une terre étrangère, mais à fouler le sol de notre humanité et de rencontrer, rencontrer au sens pur du terme, avec présence, émerveillement et attention.

Il est bon de partir pour s’ouvrir l’esprit, faire la route et découvrir, mais lorsque survient le lâcher-prise, que nous sommes alors en train de repartir différemment vers cette nature propre que nous partageons, le temps et l’espace disparaissent.

Au retour, il y a ce sentiment paisible d’avoir rencontré et d’avoir partagé l’humanité dans sa singularité, là ou il n’y a pas d’ailleurs.

 

Une chanson Jean-Pierre Ferland – Au fond des choses le soleil emmène au soleil

 

L’homme de la terre   Leave a comment

fe1

Lorsqu’il est apparu, il disait qu’il était un homme de la terre. À cette époque, il avait cette liberté de se déplacer là où il le voulait. Il était en quelque sorte partout chez lui.

Puis un jour, il a dû accepter une frontière à ne pas franchir à son gré. Un voisin avait décidé de s’approprier ce petit coin de terre. Il s’est dit que ce n’était pas grave, puisqu’il y avait tant d’espaces disponibles.

Puis, au fil des ans, d’autres voisins ont décidé de faire de même, de s’approprier un coin de terre, de nommer celui-ci, et d’établir leurs propres règles et leurs propres lois.

Lentement la terre s’est fragmentée en centaines de territoires. Il était de plus en plus en difficile de voyager d’un endroit à l’autre sans contraintes. Certains voisins demandaient des droits de passage, ils définissaient la durée acceptable de séjour, et d’autres imposaient un code de vie ou un code vestimentaire.

Toutefois, à bien y regarder, le tableau n’était pas si noir, car dans la majorité de ces territoires, il existait des femmes et des hommes qui refusaient d’en remettre au plan de la partition. Ainsi, notamment lors des jeux de société, ils évitaient d’alimenter les activités de nature compétitive et préféraient contribuer aux jeux de nature coopérative. L’idéal de la solidarité se redessinait différemment, tout simplement.

Aujourd’hui, notre homme n’est plus considéré comme un homme de la terre, mais comme un homme de nulle part. On le dit, selon les différents territoires ou différentes perspectives, errants, sans abri, migrant, étranger, apatride, immigrant, sans papier, voir même gitan.

Je doute que ces noms représentent bien cet homme, qui à mes yeux, demeure un homme de la terre, qui marche, comme d’autres, parfois pieds nus sur la terre sacrée.

Une chanson de Leonard Cohen traduite par Graeme Allwright – L’étranger

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 15 septembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La chevauchée   2 comments

 

Ce matin, je suis monté sur l’oiseau de la liberté

Et nous nous sommes élancés vers les nuages

Le vent tournait en dansant pour nous accompagner

Et mes oreilles étaient remplies de ce chant de trainage

 

Nous sommes allez voir si les pays lointains

Étaient tous reliés par les chaînes de pierres et de terre

Et apprécier si ces pays étaient parsemés de chemins

Qui ultimement ramenaient les voyageurs à leurs frontières

 

J’ai entendu les discours des gens qui se propageaient

Et si chaque mot renvoyait à notre conscience collective

Les silences portaient une honte que l’on tait

Et l’amour ballotté par nos sauts d’humeurs répétitives

 

Et lorsque je suis revenu de ce voyage avec la liberté

J’ai foulé la terre avec des ailes et un regard insoumis

Insensibles aux chemins proposés pour traverser

Les chaînes, les frontières et les maux que créé par l’esprit

 

Nous sommes des milliards en exploration individuelle

À imaginer des sentiers précieux là où il n’y a qu’itinéraire

Traversant les foules obscures des sentiments pluriels

Cherchant des yeux affolés des cartes et des repères

 

Quelle que soit la destination que nous pourrons imaginer

Nous la quitterons, comme tout le reste, un jour

Tout passe comme le vent pendant la chevauchée

Même si tout est là immuable et sans détour.

 

Une chanson de Neil Diamond – Be (Chanson tirée du film Jonathan Levingstone le goéland)

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 11 août 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Le voyage vers l’autre ou le retour à soi   Leave a comment

Sourie

Il existe différentes façons de voyager.

Il est possible de parcourir la terre et de franchir les frontières pour découvrir l’autre. Cette multitude de paysages et d’humains à rencontrer fait en sorte que le sentiment d’identification à un territoire s’élargit et dépasse le quartier d’appartenance ou le lieu de naissance.

Il existe aussi la possibilité de développer nos connaissances de l’autre, de découvrir par des photos et des textes des cultures et des philosophies de vie différentes. Notre ouverture à la diversité devient alors plus grande.

La conquête de la liberté passe aussi par le développement de la conscience, qui implique une forme différente d’identification; car plus nous sommes conscients du monde qui nous entoure, moins il y a d’autre et d’étranger. Le respect et l’attention s’installent.

Toutes ces formes de voyages permettent d’affranchir les limites inhérentes à la condition individuelle.

C’est un retour à soi.

Une chanson de Desireless – Voyage voyage

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Passer la frontière   Leave a comment

Nos peurs

J’ai franchi bien de frontières et les plus difficiles étaient sans douane

Il y a même des personnes qui ont tenté de bloquer le passage

Même les coups portés ne m’ont pas arrêté

J’ai réussi à dépasser les limites de mes connaissances

Même si au début je préférais être un autre que moi

Il est des frontières que nous franchissons malgré la peur

J’ai franchi le mur de publicités exposant

Tout ce que j’aime et que je n’ai pas

Libérant les désirs les plus intenses brûlant en moi

 J’ai même réussi à dépasser ma représentation de mon corps

Et d’arrivée à l’accepter tel qu’il est

Il est des frontières que nous franchissons malgré la peur

J’ai franchi les corridas ou les factions religieuses

Voulaient absolument tuer de leurs prestances

La manifestation d’un dieu bien vivant devant eux

Et dans le déchaînement des injustices qui en ont découlé

J’ai accepté que ce dieu nous laisse seuls avec notre bêtise

Il est des frontières que nous franchissons malgré la peur

J’ai franchi le royaume ou je n’étais qu’un sujet

Alors que tout être est le verbe de la vie

on a tenté d’effacer mon éclat et mes espoirs

je ne suis pas roi mais je sais au fond de moi

que si nous le voulons, bien des choses peuvent changer

Il est des frontières que nous franchissons malgré la peur

Mais pour cela, il faut franchir celles en soi

Et s’affranchir de l’attestation de l’autre!

Une chanson de NAIA – Frontière

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 27 février 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

La sensibilité sans frontières   Leave a comment

La sensibilité n’a pas de frontières, elle prend une forme différente, une sonorité singulière, mais elle demeure ce qui touche l’âme.

Par des gestes créatifs, nous illustrons notre vraie nature qui est plus grande que les limites physiques que nous nous imposons.

Publié 21 août 2016 par dandanjean dans Pauses musicales, Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , ,

Où la route mène   Leave a comment

Inde Ladakh

Sur la route des hommes,

les pays dressent leurs frontières,

et le voyageur qui parcours sa propre voie

est souvent confronté à décliner son identité

à offrir des réponses sans importance

au lieu de partager sa réelle nature

sa part de vérité.

Le voyageur n’a que faire

des frontières et des questions imposées…

il voit et vit par delà les limites imaginaires

Une chanson de Daniel Lavoie – Où la route mène

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 19 août 2016 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :