Texte de K Gibran

La connaissance de soi

           

            Un homme
dit, Parle-nous de la Connaissance de soi.

 

            Il
répondit :

 

            Vos coeurs
connaissent en silence les secrets des jours et des nuits.

 

            Mais vos
oreilles se languissent d’entendre la voix de la connaissance en vos coeurs.

 

            Vous
voudriez savoir avec des mots ce que vous avez toujours su en pensée.

 

            Vous
voudriez toucher du doigt le corps nu de vos rêves.

 

            Et il est
bon qu’il en soit ainsi.

 

            La source
secrète de votre âme doit jaillir et couler en chuchotant vers la mer,

 

            Et le
trésor de vos abysses infinis se révéler à vos yeux.

 

            Mais qu’il
n’y ait point de balance pour peser votre trésor inconnu,

 

            Et ne
sondez pas les profondeurs de votre connaissance avec tige ou jauge,

 

            Car le soi
est une mer sans limites ni mesures.

 

            Ne dites
pas: "J’ai trouvé la vérité", mais plutôt: "J’ai trouvé une
vérité".

 

            Ne dites
pas: "J’ai trouvé le chemin de l’âme". Dites plutôt: "J’ai
rencontre l’âme          

            marchant sur mon
chemin".

 

            Car l’âme
marche sur tous les chemins.

 

            L’âme ne
marche pas sur une ligne de crête, pas plus qu’elle ne croit tel un roseau.

 

            L’âme se
déploie, comme un lotus aux pétales innombrables

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s