Le testament d’un sage   Leave a comment

Japon Kyoto Temple Kinkakuji

On pourrait dire que la méditation n’a besoin ni de raison ni de but.

Ainsi envisagée, elle se situe à l’opposé de toutes nos activités, excepté peut-être la danse et la musique.

Quand nous faisons de la musique, ce n’est pas pour atteindre un certain point, qui serait, par exemple, la fin du morceau. Si tel était le but de la musique, le meilleur exécutant serait évidemment le plus rapide.

Et quand nous dansons, nous ne nous déplaçons pas pour atteindre un certain endroit, un lieu donné, comme en voyage. Quand nous dansons, c’est le voyage même qui est le but; quand nous faisons de la musique, c’est la musique qui est à elle-même sa propre fin.

Il en est exactement de même pour ce qui est de la méditation.

La méditation est découverte que le but est déjà là, dans le moment présent.

 

L’envers du néant : Le testament d’un sage de Alan Watts

 

Une pièce musicale de Schola de l’Abbaye de Hauterive, Choeur des Ambrosiniens – Sanctus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :