Unique ou meilleur?   Leave a comment

ImAGE unique

L’élargissement de notre conscience nous amène à mesurer toute l’importance de notre singularité, nous sommes seuls, reliés par un corps dans un espace collectif qui fait de nous des êtres sociaux.

Nous souhaiterions que nos intérêts, nos goûts, nos désirs soient partagés. Mais telle une mosaïque complexe, chaque individu a une place différente, une perspective différente sur la réalité, une histoire qui lui est propre et des besoins qui ne s’appuient pas sur les mêmes valeurs et états d’âme.

Cette position unique devrait faire de nous des êtres bienheureux et privilégiés. C’est tout un présent que la vie nous offre.

Pourtant, nous laissons monter en nous ce désir d’être le meilleur, ou de faire partie de cette élite. Nous pratiquons un sport, nous voulons nous démarquer, nous pratiquons une technique d’entraînement de l’esprit, nous voulons garder la cadence et devenir exemplaire. Et pourtant…

Ce désir de s’affirmer est bien en soi, si ce n’est de nourrir démesurément l’égo. Le besoin de se dépasser est bien, dans la mesure où ce dépassement ne pousse pas en décalage par rapport à notre propre nature et notre vie.

Ce désir de plaire et de prendre pour soi est un poids lourd à porter. Il n’est pas facile de s’aimer réellement et de se laisser nous épanouir sans se laisser contaminer par la comparaison. Il est encore plus difficile d’aimer l’autre pleinement et de laisser s’épanouir cet amour sans le rendre captif, prisonnier du regard de l’appréciation et, transformer le nous en appropriation.

La conscience repose sur la confiance en la vie. Ce qui est merveilleux, c’est de constater que la confiance ne s’acquiert pas, nous n’aurons jamais de certitude. La confiance est une disposition d’accueil, elle se construit, on fait confiance ou pas. Ainsi, l’autre n’est pas meilleur, il est unique, tout comme soi.

Une chanson de Richard Séguin interprétée par Edgar Bori – C’est plein de vie

T’as fait un jardin Dans la cour Là ou il n’y avait que des pierres T’as dégager les fleurs autour pour qu’elles s’étirent dans la lumière Avec tes mains l’eau du ruisseau s’est fait un nid dans la clairière T’as mis du printemps dans l’hiver sur le lit, le ciel et la mer. Tout ce que tu touches Les fruits, les mots La mélodie douce a ta bouche Tout ce que tu touches Tout ce que tu voies Tout ce qui émane de toi C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie… Avec ton rêve on voit le bleu assis au quai des jours heureux Avec ceux qui ont le cœur gros Tu sais trouve les mots qu’il faut Sais-tu jusqu’où va ton sourire Quand il devient éclat de rire T’es ma mariée bouquet de fleur Comme sur la toile de Chagall. Tout ce que tu touches les fruits, les mots La mélodie douce a ta bouche Tout ce que tu touches Tout ce que tu voies Tout ce qui émane de toi C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie C’est plein de vie….

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR – Daniel Jean – Si vous voulez copier ce texte merci d’indiquer la source dandanjean.wordpress.com, ne pas couper ou modifier les textes et le contenu merci

Publié 10 octobre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :