De l’envie au péché   Leave a comment

Lorsque nous regardons autour de nous dans le monde, la notion de péché est associée à une transgression, à la notion d’envie, d’orgueil. C’est le point commun.

Toutefois, tout dépendant du lieu où nous nous trouvons, elle peut prendre plus en compte le corps pour en définir la portée. Un jour, une amie me faisait remarquer que chaque partie du globe s’est attribué une partie du corps de la femme pour symboliser le péché, comme si nous voulions ne pas exclure totalement, par exemple, à un endroit, ce sont les seins, un autre, les cheveux, un autre, les bras et les jambes, un autre le corps entier.

Pourtant le sacrilège provient non pas de la partie du corps, mais de sa perception par l’autre. La femme seule dans son bain ne commet pas un péché.

Les lieux dans le monde où il y a absence de notion de péché en lien avec le corps ne changent en rien les rapports de domination et de contrôle de l’autre. La notion de péché est un garde-fou de l’envie.

Rappelons que chaque personne qui selon l’appréciation de quiconque aura péché est avant tout un humain, avec ses beautés et ses imperfections, ses forces et ses faiblesses, prisonnier d’une représentation du monde où l’un doit nécessairement gagné sur l’autre.

Le défi est avant tout de prendre conscience, que de vouloir posséder, nourrira avant tout l’envie. Vous savez, cette envie de vouloir être plus beau que son voisin, d’être plus riche, d’avoir le meilleur, d’avoir moins de rides ou de poids que l’autre, de courir plus vite vers ce qui sera bientôt annoncé.

L’envie est ce trompeur qui nous permet de trouver des raisons de ne pas être heureux et d’être comparable aux autres, de perdre notre singularité. Le péché illustre à l’envie sa cécité. Je n’ai pas envie « en péché » d’être présent…

Une chanson de Kevin Parent – Seigneur

Seigneur Seigneur qu’est-cé qu’tu veux que j’te dise?

Y a plus rien à faire j’suis viré à l’envers

J’aimerais m’enfuir mais ma jambe est prise

Seigneur Seigneur qu’est-cé qu’tu veux que j’te dise?

Son indifférence m’arrache la panse

Pis j’pense plus rien qu’à mourir

Mon rôle dans la vie n’est pas encore défini

Pourtant je m’efforce pour qu’il soit accompli

Je le sais faut tout que je recommence

Mais Seigneur j’ai pas envie

Seigneur Seigneur je l’sais tu m’l’avais dit

Respecte ton prochain réfléchis à demain

Car la patience t’apportera de belles récompenses

Travaille avec entrain pour soulager la faim

De la femme qui t’aime elle en a de besoin
Elle a besoin d’un homme fidèle qui sait en prendre soin

Lucifer Lucifer t’as profité d’ma faiblesse

Pour m’faire visiter l’enfer

Mais je t’en veux pas c’est moi

Qu’a pensé que j’pourrais être chum avec toi

Mais j’m’ai ben faite avoir mon chien de Lucifer

Le sexe l’alcool les bars et la drogue

C’est le genre d’illusion que j’consomme

Si on est ce que l’on mange Seigneur

Tu sais ben que trop que j’serai jamais un ange

Mais j’veux changer de branche

Filtrer mon passé pis sortir mes vidanges

J’aimerais prendre le temps de faire la paix avec quelques souffrances

Oui j’aimerais prendre le temps de faire la paix avec quelques souffrances

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2017 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas couper ou modifier les textes et le contenu sans mon approbation, merci.

Publié 10 novembre 2017 par dandanjean dans Textes de mon cru

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :