Où cours tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi?   Leave a comment

Ce que j’appelle amour est entier dans cette phrase d’un rabbin rescapé d’un camp de la mort : “La souffrance à tout calciné, tout consumé en moi, sauf l’amour.”

Si cette phrase nous atteint de plein fouet, c’est que nous sentons bien combien nous sommes loin des représentations, du décorum de l’âme.

L’amour est ce qui reste quand il ne reste plus rien.

Nous avons tous cette mémoire au fond de nous quand, au-delà de nos échecs, de nos séparations, des mots auxquels nous survivons, monte du fond de la nuit comme un chant à peine audible, l’assurance qu’au-delà des désastres de nos biographies, qu’au-delà même de la joie, de la peine, de la naissance et de la mort, il existe un espace que rien ne menace, que rien jamais n’a menacé et qui n’encourt aucun risque de destruction, un espace intact, celui de l’amour qui a fondé notre être.

Christiane Singer dans Où cours tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi?

Une chanson de Jacques Brel interprétée  par Camelia Jordana, Yaël Naïm et Nolwenn Leroy – Quand on a que l’amour

Les paroles sur https://www.lacoccinelle.net/785400.html

Publié 28 février 2018 par dandanjean dans Pauses lectures

Tag(s) associé(s) : , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :