Après le tumulte, un refuge en Soi   4 comments

image-pause

Je me rappelle avec plaisir cette première rencontre avec cet homme particulier, Enzo. Il se définissait comme un défenseur pacifique. La seule victoire qui l’intéressait, l’instauration de cette ère de paix après les temps de tumulte.

Il aimait rappeler qu’il avait comme seules armes, sa capacité de toucher les gens, de les rencontrer réellement et de faire émerger ce qu’il y a de bon en chacun de nous, notamment la compassion. Il n’avait rien de spécial, il était lui.

Lors de l’un de nos échanges, je me souviens qu’il m’a dit que l’intensité du coup (physique ou verbal) n’a rien à voir pour faire la différence et être le vrai vainqueur. Alors, je lui ai demandé si c’était la capacité à recevoir les coups qui ferait la différence?

Comme c’était souvent le cas lors de nos échanges, il a ri de bon cœur tout en répondant non. Pour cet homme, le combat n’était qu’un moyen, mais que la vraie victoire s’acquiert par l’absence de coups. Le réel vainqueur est toujours celui qui a réussi à s’élever au-dessus de la dualité,

de la confrontation,

de l’autre et du moi,

et qui avance d’un pas authentique, conscient que l’agitation du combat ne peut mener qu’à la perte de notre humanité.

Il se plaisait à dire qu’un passant peut devenir un passeur pour d’autres et les aider à réussir à transcender le passage de l’agitation pour enfin atteindre l’autre rive et trouver refuge dans leur nature propre.

Voilà, maintenant ce souvenir est libéré de mon corps.

 

Une pièce musicale Peter Gabriel Across the River Live

COPYRIGHT – DROIT D’AUTEUR 2018 – Daniel Jean – Vous pouvez copier ce texte en indiquant la source dandanjean.wordpress.com, SVP ne pas modifier les textes et le contenu sans approbation, merci.

 

4 réponses à “Après le tumulte, un refuge en Soi

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. « Il se plaisait à dire qu’un passant peut devenir un passeur pour d’autres et les aider à réussir à transcender le passage de l’agitation pour enfin atteindre l’autre rive et trouver refuge dans leur nature propre. » La plus belle phrase que j’ai lue ces derniers temps merci!

    Aimé par 1 personne

  2. Beaucoup me demandent comment je fais pour aimer mon métier (je travaille dans une association de cité). Et bien, le secret est dans ce que tu viens dévoiler : « je ne suis que passeuse ». J’y mets mon coeur, mais atteins chaque jour l’autre rive vers mon refuge qui est propre. J’arrive très bien à « décloisonner » comme on dit dans le jargon professionnel. Ce qui ne veut pas dire que je ne ressens pas de compassion ni d’indignation.Mais je ne suis que passeuse et sais pertinemment que la graine semée peut germer dans des années, je n’attends donc pas de résultats immédiats, encore moins de gratifications. Bref, je suis d’accord avec ton « passeur » 🙂

    Aimé par 2 personnes

    lacapacitedemerveillement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :