Carolyn Carlson, de l’intime à l’universel

Carolyn-Carlson

Pour Carolyn, l’enfer et la folie, c’est se couper de l’instant présent à vivre, d’une existence en harmonie avec l’univers, non dans sa dimension de totalité, mais dans l’espace infini et vide qu’il offre, d’où son « évidence » du pur mouvement. Ce qui n’est qu’angoisse pour le commun des mortels est vital pour Carolyn Carlson. Elle est en quête non seulement de lumière, mais aussi de la lumière qui, paradoxe, doit se trouver dans les ténèbres. Carolyn est persuadée que l’intuition et la simplicité sont les clés de la quête d’une essence de l’être qui accepte son dénuement.

*

Pour résumer cette aventure merveilleuse, j’aime la poète Marie Caroline Richards quand elle dit que le matériau n’est pas le signe d’une intuition créative pour la vie; les techniques ne sont pas les signes; l’Art n’est pas le signe. Le signe, c’est la lumière qui habite l’acte quels que soient sa nature et son médium.

Audace… Passion… Amour… Confiance… Rejet… Doute… Provocation… Douleur… Frustration… Joie… Saisissement… Irrésistibilité… Le poids de l’éloquence…

*

Ce qui compte à ses yeux, c’est de préserver sa créativité, de poursuivre inlassablement sa quête poétique, d’atteindre un idéal du mouvement infini et pur, de développer et de transmettre ses choix et ses convictions artistiques, philosophiques, spirituelles.

Thierry Delcourt dans Carolyn Carlson, de l’intime à l’universel

Une pièce musicale de Carolyn CARLSON-René AUBRY. Victoire Des Signes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s