La musique du ciel en héritage

ImAGE lever de soleil

Aux limites de l’enveloppe charnelle, les archets du silence frémissent sur l’instrument qu’est le langage immortel de l’âme.

Chercheur d’ordre sur le désordre, se positionne au-dessus des croyances…

Depuis des lustres, bien qu’impalpables, l’existence et ses scénarios sont souvenirs exhumés, compas pour évènements circulaires.

Au-delà du temps et de l’espace, après maintes lectures d’un visage, d’un destin ou d’un livre, il ne reste pas des mots mais une musique interprétée, la victoire et l’incarnation du Verbe, une montée en conscience, une ouverture du cœur, un appel intérieur individuel.

Limpides ondes, bruissements hors d’âge, auxquels strictement personne ne prête attention, expriment quelque chose de saisissant, pareil à une nature immaculée, créatrice de mélopées et d’allégories traduites par des myriades de gouttes d’eau, depuis lesquelles la valeur inestimable de chacun tremble et resplendit.

La vie, ce pouls fantastique, cette œuvre révélée par la cohérence musicale de milliards de cœurs parmi tant d’autres.

La poésie, la musique et la philosophie se situent sur un autre plan de la réalité  quotidienne et contiennent un joyau intemporel…

La frontière ténue entre la folie bénigne et le génie, c’est artistiquement se heurter à l’inconnaissable et ennoblir tout le corps de l’humanité et celui de l’univers avec du surprenant.

À elle seule, elle fait naître cet amour qui précède l’intelligence.

Éloignée des mimes et des arlequinades de la servitude identitaire.

Ayant éclipsé le pathos outrancier, la compétition faisant foin des chicanes idéologiques et de leurs brimborions d’un jour ou plusieurs siècles.

Distanciée des dogmes et des carcans où macère une supposée culture.

À partir de Sumer, l’écriture, dans son enthousiasme comme dans son symbole, dans sa prestance comme dans sa logique, pour ne pas se perdre, s’accorde à son tempo, à cette substance créatrice et cohésive, plérôme d’éons éternels.

Quelle immense grâce de rendre les êtres à eux-mêmes sans même qu’ils s’en aperçoivent.

Ces tintements perlés, aux radiances subtiles, proviennent d’autres dimensions invisibles.

Chaque être crée sa sérénade, sa propre mutation culturelle.

Selon toute plausibilité, il développe son nocturne psychisme jusqu’au point Oméga…’

Sophia Sherine Hutt dans La musique du ciel en héritage

Une pièce musicale de Peter Gabriel interprtée avec The Blind Boys of Alabama – Sky Blue

Les paroles en français sur http://paroles-traductions.com/chanson/montrer/1185697/peter-gabriel/paroles-et-traduction-sky-blue/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s