Petite boussole spirituelle pour notre temps

lever-de-soleil-espace_a88bae31763d14c85833b3c7ee5b4c099bce3cb1 (1)

La paix, c’est d’abord se pacifier soi-même, libérer l’énergie qu’usurpent et bloquent nos passions pour permettre à la grâce de l’utiliser, de la rendre féconde. Il faut une grande foi et une certaine ascèse. Ainsi s’insèrent dans le tissu malade de l’humanité quelques cellules saines. Car les passions sont aussi des passions collectives, hypnoses, obsessions, haines dont la violence même nous donne l’illusion d’un être accru, plus fort et plus « vital », d’une tension équilibrante alors qu’elle ne fait que détruire l’équilibre et l’harmonie du monde. Le pire est de penser, et de faire penser à des masses, qu’on est le bien, que l’autre est le mal et donc qu’on fait le bien en le tuant, en l’éliminant.

Mais aujourd’hui, il existe dans le monde des guerres oubliées qui ne peuvent pas finir parce que personne ne peut l’emporter et dans lesquelles on s’installe. Des enfants grandissent qui n’ont jamais connu et ne connaîtront autre chose que la guerre. Parfois une idole y préside, qui veut des sacrifices humains. Parfois la guerre devient une habitude mortifère. Beaucoup d’intérêts obscurs (ou trop clairs) utilisent cette violence qui dévore des peuples entiers et des générations entières.

*

La force de ceux qui travaillent à réconcilier les cœurs et les États, en désarmant leur propre cœur de la violence et du mépris effraye de l’autre est d’une nature différente de la force des puissants. Elle n’en n’est pas l’image réfléchie et amoindrie. Elle ne cherche pas à égaler les puissants. Elle a ses racines dans la prière, elle trouve sa force dans l’intelligence et le réalisme. Travailler aujourd’hui à rendre la paix possible n’est pas le devoir des naïfs, mais des réalistes : de tous ceux qui savent que la guerre a atteint des raffinements et des capacités de destruction tels qu’ils sont pratiquement toujours disproportionnés par rapport à la justice qu’elle voudrait défendre. Ce n’est pas une voie facile que celle des pacificateurs. Cela nécessite d’apprendre une manière de s’adresser à ceux qui tiennent les armes à la main, non pas pour exalter, ni pour condamner, mais pour écouter, tenter de comprendre, puis faire de même avec l’adversaire, pour éveiller, de part et d’autre, un peu d’humanité lucide. Dans un désintéressement et un intérêt humain, humanitaire, pour la paix seulement, qui sont de soi témoignage.

Olivier Clément dans Petite boussole spirituelle pour notre temps

Une pièce musicale Moonlight – Electric Cello (Inspired by Beethoven) – The Piano Guys

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s